Vous n'aimez pas Delerm ? Allez-le voir sur scène. C'est un showman. Un artiste soucieux du public, prompt à se renouveler. Son dernier spectacle rend hommage au cinéma. Entre deux chansons, l'artiste projette de vieilles publicités pour des commerces rouennais ou bien un film muet en noir et blanc, avec lui comme acteur (il y viendra, un jour, au cinéma!). On entend ses idoles. Souchon entonne "l'amour en fuite" et Vincent Delerm poursuit la chanson, Fanny Ardant dit un texte de lui. Le musicien se promène dans son répertoire, 4 disques déja.Pour raconter la tournée de 6 mois qu'il vient de vivre, Delerm sort un livre de textes et de photos. Un dvd du spectacle accompagne l'objet de 35 euros. Photos certainement inspirées de Martin Parr (objet d'une chanson dans le dernier disque) : gros plans sur des enseignes lumineuses esquintées, chambres d'hôtel, yaourts aux fruits, nom mal orthographié du chanteur sur le fronton d'un théâtre: "Vincent Delerme", des récits de vie loin de chez soi : les moments creux avant le concert, les trois kilos pris en six mois, la visite d'une bambouseraie à Alès. Moments touchants et drôles qui permettent de mieux connaître un musicien qui pour la première fois après "Esprit critique", ce mardi, réalisait un fantasme d'enfant : monter sur un taxi-moto pour prendre un train gare de Lyon à destination de Marseille. V Delerm, 23 janvier-18 juillet 2009, tôt ou tard, 35 euros.Le 22 décembre en concert à Malakoff.

V Delerm : "Je kiffe le taxi-moto!"
V Delerm : "Je kiffe le taxi-moto!" © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.