Après quatre années de développements et de transformations, Beauregard a trouvé son rythme, son identité. Les expériences passées ont permis de poser les bases d’un festival à taille humaine..

Beauregard, ce n’est pas seulement une programmation, même si elle reste centrale, c’est aussi un festival qui a misé sur le confort du public, des artistes et techniciens, des bénévoles. Bref, la volonté est que chacun s’y sente bien. Les espaces sont fluides, le cadre est enchanteur :le château de Beauregard, son parc aux arbres majestueux, digne d’un décor à la Barry Lyndon.

La mise en valeur du site, son respect sont au coeur de l’ADN de Beauregard : l’éco-responsabilité , la pérennité de ce cadre majestueux coulent de source.

Rappelons aussi qu’un espace Kid est dédié aux plus jeunes proposant : maquillage, jongleur, sculpture sur ballons, spectacles de marionnettes…, et pour les plus grands des déambulations surprenantes d’artistes, des happenings, un spot de Djs régionaux et des surprises.

Côté accueil du public, parlons aussi du village préventions et associatif , des pôles de produits régionaux, d’une offre de restauration variée et qualitative, et à côté des bars traditionnels, Beauregard propose des bars à vin bio, champagne, bières spéciales et brassées en Normandie, mais aussi Cidre normand ou bar à huîtres.

La programmation

la programmation du 5 juillet

La programmation sera un véritable défilé de show-men de Mister -M- et son univers aussi singulier que poétique à New Order, groupe mythique pour une date unique en France , en passant par le phénomène indierockAlt-J ou l’ambassadeur de la scène électro/hip-hop cinématique Wax Ta ilor & The Dusty Rainbow Experience . N’oublions pas les Local natives dont les mélodies imparables et l’énergie démentielle avaient déjà enflammé beauregard en 2010, mais aussi, The Jon Spencer Blues Explosion qui mettent fin à 8 années de silence pour une seconde naissance toujours du côté du rock abrasif ou The Vaccines dont la pop efficace et accomplie scotche le public à tous les coups. Parlons encore du coup de coeurHa lf Moon Run , ce trio anglo-montréalais a quitté le sol pour planer dans la stratosphère rock, et des régionaux de l’étape, les barrés et inventifs Bow Low qui est notre groupe « 3 festivals » et jouera donc également à Musilac et aux Déferlantes.

La programmation du 6 juillet

Entre les extravagants, bruts et corrosifs Smashing Pumpkins , Bloc Party emmené par l’énigmatique et non moins charismatique, Kele Okereke , le son inimitable de l’électronicien Vitalic Vtlzr et la créative et fascinante Bat For Lashes , elle aussi pour une date unique dans l’hexagone, comment ne pas perdre la tête ! Surtout qu’il faut ajouter à cette brochette de talents bruts, le roiOxmo Puccino , le jeune prodige Jake Bugg, Miles Kane , échappé des Last Shadow Puppets , fort de son tout nouvel album révélateur de son sens inné de l’harmonie, les improbables et sidérants GaBLé, The Lumineers, trio de wild folk americana et leur killer single Ho Hey, le dandy romantique et passionnant Rover et les rockeurs majestueux deMaccabees .

La programmation du 7 juillet

Les magnétiques et monumentaux Nick Cave & The Bad Seeds , les scratches illuminés et addictifs de C2C, The Hives et leur rock garage pour un concert pied au plancher, La Voix des cieux, j’ai nommé le duo rare et iconique Dead Can Dance , l’enfant terrible et surdoué Benjamin Biolay . Reprenez votre respiration, cela continue avec la bombe scénique Skip The Use , les frénétiques et rétrofuturistes Juveniles, les nouveaux princes belges Balthazar sans oublier la femme tempête, le tourbillon Olivia Ruiz et Fakear pour un voyage vers des contrées électros non explorées.

lien image evenement festival de l'été
lien image evenement festival de l'été © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.