Si la pratique de la radio ne me manque pas trop, l'envie de faire partager mes coups de coeur reste intacte. C’est la raison pour laquelle j’ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans la conception de cette compilation. " Bernard Lenoir

L'Inrockuptible

Bernard Lenoir est un franc-tireur dans le paysage radiophonique français. Sa curiosité musicale précoce (En pleine fièvre yéyé, il ne jure que par le rock anglais) a fait de lui un des passeurs les plus respectés du service public, prêchant la bonne parole sur les ondes de France Inter pendant près de 40 ans, d’abord comme programmateur aux côtés de José Artur et de Patrice Blanc-Francard, ensuite en tant qu’animateur. "En 67/68, la seule émission que j'écoutais, c'était Pop Club de José Artur. Je suis un jour allé les voir en leur expliquant naïvement que je voulais faire de la radio. Claude Villers, à l'époque "lieutenant" d'Artur, m'a gentiment envoyé balader en me demandant de déposer une candidature. J'ai finalement passé une audition avec Jacques Chancel. Une prestation assez nullissime. En juillet 70 ou 71, une moitié des programmateurs d'Inter était en vacances et une partie de l'autre moitié étaient malades. Grâce à une copine, j'ai pû faire un remplacement de trois semaines sur la tranche 7h-9h animée alors par Jean-Louis Foulquier. Monr emplacement a été reconduit de semaine en semaine pour finalement me retrouver à travailler avec... José Artur " (Bernard Lenoir in Les Inrocks)

Patrice Blanc-Francard et Bernard Lenoir - Feedback 1979
Patrice Blanc-Francard et Bernard Lenoir - Feedback 1979 © Radio France / Philippe Picard

En retransmettant dans l’émission “Feedback” les concerts programmés aux Bains Douches, il fait découvrir à ses auditeurs toute la fine fleur de la new-wave. Il a la chance d’enregistrer les premières apparitions françaises de Depeche Mode, Talking Heads, Joy Division ou REM. "Rapidement, j'ai cherché à diffuser des concerts. J'ai alors rencontré les programmateur du Palace et des Bains-Douches qui venaient d'ouvrir en devenant du jour au lendemain l'endroit le plus branché de la planète. Je suis devenu copain avec cette bande de mecs très au fait de l'actualité londonienne. La programmation du Palace et surtout des Bains-Douches est tout de suite devenue les concerts Feed Back. Le tout premier fut un concert de Moon Martin, suivi de ceux de George Thorogood, Muray Head, Joe Jackson, B-52's, Talking Heads, Ricky Lee Jones, Robert Palmer, Specials, Talk Talk.... " (Bernard Lenoir in Les Inrocks)

Après un passage par la case télévision (“Les enfants du rock”) et par la bande FM, il revient sur l’antenne de France Inter à la fin des années 80 avec un concept qui va devenir sa signature : la “musique pas comme les autres”. Cinq ans avant l’explosion du rock indépendant avec le succès de Nirvana, il fait part quotidiennement de son incroyable effervescence, s’entourant de chroniqueurs éclairés (Arnaud Viviant, Michka Assayas, Hugo Cassavetti...)Il est également à l’origine de concerts privés diffusés sur l’antenne de la radio, les célèbres Black Sessions. Le succès de ses émissions est aussi bien dû au refus de toute concession dans sa programmation qu’au rapport de proximité, accentué par la chaleur de sa voix, qu’il a instauré avec son public. Bernard Lenoir devient plus qu’une émission : c’est une marque de confiance pour ceux qui, comme lui, nourrissent un penchant pour les musiques dont les racines puisent dans la mélancolie.

La compil

"Quand j’ai commencé à penser à un tracklisting, les noms me sont venus très vite. L’émission avait une identité sonore particulière, et c’est ce que j’ai cherché à recréer, sans me donner de contraintes. "

> retrouvez l'integralité de cette interview sur Les Inrocks

Lenoir sur Inter

Mardi 19 mars dans Downtown avec Collin & MauduitVendredi 22 mars dans Pop, etc avec Valli

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.