Rendez-vous incontournable de C'est Lenoir, les Black Sessions ont rythmé nos lundis soir pendant près de deux décennies.

Créées en 1992, d’un rythme bimensuel, les Black sessions se déroulent au studio 105 de la Maison Radio France devant un public restreint. Avec des groupes peu connus ou des artistes de renommée, une heure de concert unique pour une session live et intime.France Inter vous propose cette semaine de (Ré)écouter 4 Black Sessions.

Lundi : The kills - BS #287 du 10 juin 2008

Mardi : Dominique A - BS#300 du 25 mai 2009

Mercredi : Timber Timbre - BS#327 du 4 mai 2011

Jeudi : The XX - BS#306 du 26 octobre 2009

So Long

"Cela fait deux trois ans que cela me trottait dans la tête ", a expliqué Bernard Lenoir à l'AFP."J'habite Biarritz et je passe ma vie à faire des allers-retours sur Paris, c'est usant". Et puis l'émission, cela fait plus de vingt ans que ça dure. Il vaut mieux arrêter quand on existe encore plutôt que de laisser les choses mourir à petit feu ".

"Il n'y a pas d'ambigüité ", a-t-il insisté. "C'est moi qui décide de partir, point barre. France Inter et Jean-Luc Hees (président de Radio France) ont été impeccables avec moi ".

"C'est une décision très difficile à prendre ", a-t-il également souligné, insistant: "c'est douloureux. J'ai des milliers de mails qui arrivent, ça me remue. "

Bernard Lenoir
Bernard Lenoir © Radio France / Christophe Abramowitz

Bernard n'a pas fini d'être remué puisque cette page est là pour accueillir vos commentaires et autres messages .

Beaucoup, ici à Inter, ont tenu aussi à lui adresser un petit mot....

"AAAAAh Lenoir, mais à quoi va ressembler ma vie sans toi !!!Tu as illuminé mes soirées tant d'années;moi je te dis : à très bientôt !!!"isabelle Giordano

"Combien de fois ai je été sollicitée, suppliée par de jeunes, très jeunes auditeurs qui souhaitaient une, une "toute petite place me disaient-ils" pour vivre en direct et surtout à tes côtés une de tes légendaires black sessions... Nous aurions pu, leur demander la lune, en échange de ces places, je crois bien qu'ils nous l'auraient décrochée. Mais, rassure toi, nous ne l'avons jamais fait! Nul n'est irremplaçable, c'est vrai, mais il y a ceux qui le sont plus que d'autres et tu fais partie de ces derniers... Tu vas drôlement nous manquer ! Je t'embrasse." Muriel Attal

"Cher Bernard, c'est avec grand plaisir que je t'aurais "claqué" quelques bises pour te souhaiter une bien jolie nouvelle vie, mais je me contenterai de ce petit message WEB........Profite bien de tout et sois heureux, bises." Maïté Adam

"Mes oreilles sont en deuil de bonne musique anglo saxonne, mais la formule "caresse et bise à l'œil" reste une référence. Comme toi. Merci Bernard"Gilles Marsault

"C'est un de mes bons souvenirs quand je faisais de la présentation. Emue à l'idée de me trouver assise à côté de "Monsieur Lenoir" que j'écoutais avant de travailler à Inter. Je lui avais rendu l'antenne en disant : "on retrouve Bernard Lenoir l'Incorruptible au lieu de l'Inrockuptible"... ca t'avait fait sourire Bernard et moi j'étais bien embarrassée ! Alors je garde ce sourire et je te souhaite une belle route lumineuse et heureuse." Nathalie Hernandez

Bernard Lenoir
Bernard Lenoir © Christophe Abramowitz

"Bernard,Je suis une de ces nombreuses filles d'Inter qui se transforment en groupies tellement bêtes, quand elles te croisent dans le couloir ou dans l'ascenseur.Ca fait des années qu'on se dit bonsoir, que je te souris bêtement et que tu me souris avec la même tête de jeune homme qu'à tes débuts.Ahhh si seulement tu avais pu te transformer en papy, alors j'aurais pu trouver le courage de venir vers toi et te demander "papy Bernard, raconte moi comment c'est d'être le N°1 de la musique depuis 40 ans".Mais tu es toujours le même, aussi fringant à l'antenne que dans la vie, aussi jeune, aussi classe. Et je n'arrive pas à croire que tu vas quitter Inter et nos nuits.Tu es un morceau irremplaçable de France Inter, de son ADN comme on dit maintenant. Et chaque fois qu'on en perd une pièce, j'ai du mal à imaginer qu'on puisse la remplacer.Mais je suis "conservatrice", ce que toi tu n'es pas et n'as jamais été. Toujours en mouvement. Qui cette fois te conduit loin de nous, mais surement pas de la musique. Et c'est déjà ça.Et promis, la prochaine fois que je te rencontre dans un couloir -ça va forcement arriver- ne t'étonne pas si je te saute au cou."Valeria Emanuele

"Oh Noooonnnnnn!!!!!Ma culture musicale, déjà pas brillante ne va pas s'en remettre...Je suis sincèrement hyper triste!"Fabienne Chauvière

"Bernard,C'est grâce à toi, à Patrice Blanc-Francard et à Claude Villers que j'ai voulu faire de la radio, et si possible à France-Inter. Rêve exaucé.Bon vent et surtout bonne vague !"Nicolas Stoufflet

"Vous avez bercé nombre de mes nuits d'étudiante, faisant, avec Jean-Louis Foulquier, mon éducation musicale. Pollen pour la chanson française. Feedback pour la pop anglaise. Et pourtant, je vous vouvoie toujours et j'ai de nouveau 20 ans quand je vous croise dans l'ascenseur. Merci pour toutes ces cures de jouvence."Anne Audigier

"Et qui va nous embrasser l'oeil chaque soir maintenant ?! Merci pour toutes ces années d'indépendance et profite bien de la suite"Antoine Dabrowski

"1980 dans un studio de la maison de la radio à Noël. Un kado noir et rose, y avait déjà Michèle, la fidèle, et la magie de l'instant....Merci pour ce démarrage de la vie, et toutes ces musiques incroyables."Catherine Gaiffe

"Merde alors! Bernard, on se croise dans les couloirs de la maison en se disant juste bonjour-bonsoir depuis des années et je n'ai jamais eu l'occasion de te le dire, alors je te l'écris: tu fais partie des gens qui m'ont donné envie d'écouter cette radio avant même d'y travailler et surtout d'écouter de la (bonne) musique. Nous aurions tous aimé que ça dure éternellement et ce n'est pas de gaîté de coeur que nous te disons au revoir mais merci pour toutes ces années rock et bonne vague à Biarritz."Lionel Thompson

"Merci Bernard pour toutes ces décennies de bonheur et surtout de ne m’avoir JAMAIS déçu ! Mes soirées ne seront plus les mêmes, privé de tes choix sans concession. Quelque part, je me sens orphelin. Je te l’ai déjà dit à maintes reprises, c’est de toi que sont venues ma passion pour la musique et ma vocation pour la radio. Et c’est à toi aussi que je dois de pouvoir exercer aujourd’hui mon métier de programmateur à France Inter. Je ne t’oublierai pas de sitôt… Belle vie au grand air, Bernard ! "Thierry Dupin

"Bernard, infiniment navré à l'idée de ne plus t'entendre sur l'antenne d'Inter, j'aimerais qu'avant de partir tu consentes à me dire ton secret : comment fais-tu pour avoir toujours le cheveu blanc aussi dru ?... Cette confidence de ta part m'aiderait à digérer les plâtrées de questions que vont immanquablement me servir mes amis-auditeurs-amateurs-de-rock-and-roll, du genre : "Pourquoi Hees a-t-il viré Lenoir ?". Au moins, si tu te confiais à moi, je pourrais leur répondre avec l'air de celui qui sait mais qui ne veut rien dire : "Cela tient à un cheveu".Porte toi bien."Alain Le Gouguec.

"Combien d’heures de route à l’aube des aurores à traverser les nuits avec cette radio qui trotte dans ta tête… Merci Bernard et quel plaisir d’avoir conduit ton amiral besogne depuis ton aquarium toutes ces soirées dansées par ta fidèle Soulier !" Jean-François Perreau

"Elegant, digne, cohérent et rebelle for everChapeau Bernard."Daniel Mermet

"Biarritz et le rock sont pourtant des mots qui vont si bien ensemble. Le rocher de la vierge et ilbarritz ont bien de la chance... la France inter moins ! C'est comme ça. Mais pour tout et surtout pour ce qui te reste à accomplir, le meilleur possible. Il n'y a pas que les oiseaux qui ont du courage."Didier Varrod

"salut Bernard, heureuse d'avoir eu la chance de travailler parfois à tes côtés...(et ceux de Michelle, bien sûr)ça va forcément me manquer de ne plus te croiser dans les couloirs et de bégayer connement au cours de nos gentilles conversations... mais tu as avant tout bien mérité ces grandes vacances, profite-bien et rendez-vous aux prochains concerts de Dominique A !!!"Valérie Bour

Josse - Lenoir
Josse - Lenoir © Radio France

"Je me souviens du premier flash, chez toi, 21 heures. Angoisse du micro vite calmée par ce que tu as la délicatesse de montrer, ce trac géant. Découverte de ta bienveillance tranquille, de tes tourments, aussi. La voix chaude du soir cache souvent la journée passée à broyer du noir. Une seule présence te rassure, elle dirige, elle veille, Michèle, dans son studio... ... ..."Vincent Josselire la suite sur son blog

"Bernard Lenoir, c'est bien sûr la musique qu'il découvrait au quotidien, mais c'était aussi une "voix". Une façon si particulière de parler à l'antenne. Je me souviens au début des années 80, lorsque je me faisais les dents sur des radios "libres", j'étais entouré de clones de Bernard. C'était perturbant, car ils imitaient à la perfection sa diction et sa voix. Il a toujours eu une certaine classe à l'antenne et j'avoue avoir été accroc il y a très longtemps, aux soirées musicales d'Inter dont Lenoir faisait partie. Bizarre ne penser que la bulle Lenoir n'existera plus sur Inter??? Bonne route mon gars, bons voyages, bons tennis et regarde l'horizon de la mer... Les sirènes chanteront pour toi:)" Laurent Lavige

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.