Bartoli
Bartoli ©

« St-Petersburg » le dernier opus de la diva Cécilia Bartoli fait revivre un pan méconnu de l'histoire de la musique: la floraison d'opéras dans le Saint-Pétersbourg du 18ème siècle. Cécilia Bartoli est allée chercher des œuvres rarement chantées.

C'est toute la splendeur de la grande Russie que l'on retrouve sur cet album . Saint-Pétersbourg était alors une grande capitale culturelle. On le doit aux trois tzarines: Anna, Elisabeth et la grande Catherine Elles ont joué le rôle de mécène en engageant des compositeurs italiens. Cécilia Bartoli leur rend hommage dans un album qui permet de redécouvrir les œuvres de Francesco Araia, Hermann Friedrich Raupach, Vincenzo Manfredi…

Cécilia Bartoli a présenté en avant-première quelques airs de son album dans le cadre prestigieux du Château de Versaille s. Stéphane Capron l’a rencontré au milieu de la nuit, secrètement, dans un salon, voici l’intégralité de son interview.

Pour mener à bien son projetCécilia Bartoli s'est beaucoup documentée . Elle a notamment retrouvé des partitions oubliées dans la bibliothèque du Théâtre Marinsky. Parmi toutes les curiosités de l'album, le prologue de "La Clémence de Titus" écrit spécialement pour le couronnement d'Elizabeth en 1742 par Johann Adolf Hasse

Cécilia Bartoli se produira à Paris les 1ers et 7 novembre au Théâtre des Chamsp-Elysées.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.