La compilation ultime de David Bowie, "Nothing has changed" , sort le 17 novembre chez Parlophone avec inclus le single "Sue (or In a season of crime)".

Cette compilation ré unit pour la première fois des titres de David Bowie publiés entre 1964 et 2014 et des morceaux inédits, dont certains sont disponibles pour la première fois en cd.

Parmis ces inédits :"Let me sleep beside you" qui figurait sur "The world of David Bowie" en 1970 et qui fut réenregsitré pour l'album "Toy" en 2000, "Shadow man" de 1971, "All the young Dudes" dont Mott The Hoople qui en avait fait un succés. Retrouvez également des remix comme "Love is lost" de James Murphy ou "Young Americans" de Tony Visconti ...

David Bowie par Didier Varrod

50 ans d’inventions, de créativité explosive, de prise de risques émerveillées, David Bowie est toujours maître de son art même lorsqu’il s’agit de sortir une nouvelle anthologie discographique. « Nothing has changed » puisqu’il ne peut pas en être autrement, titre inspiré d’une chanson « Heaven » sortie en 2002 et qui atteste que même lors d’un travail de compilation le thin white duke est aux manettes. Avec à la clé trois inédits dont le très surprenant « Sue » qui semble sorti d’une free jazz session pas si éloignée des explorations de Art Ensemble of Chicago . C’est Bowie qui se réinvente toujours que nous fêtons une nouvelle fois durant toute la journée du 17 novembre. Histoire de patienter avec l’ouverture tant attendue de l’exposition qui lui sera consacrée à la Villette à Paris, après son immense succès au Victoria & Albert Museum de Londres en 2013. Son titre « David Bowie is » . On ne pouvait pas choisir meilleur titre.

Didier Varrod , Directeur de la musique de France Inter

Cette anthologie propose une version 2 cd/digitale, Deluxe 3 cd/digitale et enfin une version double vinyle.

David Bowie Nothing has changed vinyles
David Bowie Nothing has changed vinyles © Parlophone/Warner

David Bowie sur France Inter

Retrouvez l'oeuvre de David Bowie sur France Inter lors de la journée spéciale du 17 novembre.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.