Pendant plusieurs années, Debademba fût l’un des secrets les mieux gardés des quartiers populaires de Paris. C’est à force de concerts enflammés, de l’Olympic Café, de la Bellevilloise, au Kafé Bleu en passant par les fêtes de la musique du quartier Sainte- Marthe, devant une place littéralement envahie par la foule à chacune de leurs apparitions, que cette «grande famille» (Debademba en Bambara) commença à faire parler d’elle.

Debademba, c'est d'abord la rencontre de Abdoulaye Traoré, guitariste-compositeur-explorateur insatiable nourrit de rencontres et de métissage, Mohamed Diaby, chanteur funambule à la voix lumineuse des griots mandingues et une armée de musiciens aventureux et survoltés (Franck Marie-Magdeleine à la basse, Pierre Mangeard à la batterie, Arnaud Fournier au clavier)... Leur point commun : avoir été bercés aux creux des musiques du soleil, quelque part entre le blues, le Wassoulou, l'arabo-andalous, l'afro-funk ou le rock…

Et comme Paris reste la maison d'adoption de cette grande famille, ils présenteront pour cette occasion spéciale quelques morceaux de leur prochain album, convieront des invités surprises et vous y attendent pour une une fête déchainée à réchauffer les cœurs, transpirer les corps et voyager ensemble...

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.