Émily Loizeau rend hommage à Lou Reed, disparu en 2013. Son père était français, sa mère anglaise. “À la maison, l’un écoutait Brassens, Barbara, Brel, Piaf et Ferré. L’autre, Dylan, Nina Simone et Joan Baez. Je trouvais intéressant d’essayer d’amener le français vers le côté charnel, intuitif de l’anglais.” Mais cette fois, Émily Loizeau restera d’un seul côté de l’Atlantique avec un hommage à Lou Reed. Épaulée par un guitariste, une comédienne et un vidéaste, elle plonge dans ce qu’elle appelle “l’univers galvanisant du punk rock velvétien” pour revisiter “cette musique de dingues, animale et bizarre, où tout est possible, où le lâcher prise s’allie à l’esprit, à l’humour décapant et l’expérimentation permanente”. Excitant surtout de voir comment la chanteuse folkeuse à la poésie rêveuse domptera l’art du rock’n’roll animal.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.