-M- revient avec un nouvel album, "Lamomali" : une invitation au métissage… dont il a présenté un titre en exclu sur France Inter : "cet air".

Matthieu Chédid a dévoilé ce matin dans "Boomerang" d'Augustin Trapenard son nouveau single, "Cet air".
Matthieu Chédid a dévoilé ce matin dans "Boomerang" d'Augustin Trapenard son nouveau single, "Cet air". © Yann Orhan

Lamomali, le nouvel album de Matthieu Chedid, est le fruit de collaborations - avec notamment Toumani Diabaté, immense joueur de Kora…

Le chanteur au micro de Matthieu Culleron :

L'âme de l'album, c'est vraiment la kora. Ce qui est très joli, c'est que Toumani m'expliquait que sur ces 21 cordes, il y en a sept pour le passé, sept pour le présent et sept pour l'avenir…

Découvrez Cet air

Matthieu Chédid a dévoilé ce matin, en exclusivité dans Boomerang d'Augustin Trapenard son nouveau single, Cet air, extrait de son nouvel album "Lamomali" qui sortira le 7 avril 2017.

« Il y a vingt ans, j’ai commencé à travailler avec des musiciens maliens à Paris. Dix ans plus tard, je suis allé au Mali pour rencontrer des musiciens, dont Toumani. C’est sans doute mon côté africain », dit -M- (qui est d’origine libano-égyptienne), « mais j’ai eu l’impression d’être enfin rentré chez moi ».

Lamomali est un hommage à la kora, au Mali ; à l’Afrique et au monde ; un disque bouillonnant de vie et d’amour, de talent et d’audace, de tradition, d’innovation et d’imagination débridée.

Comme sur la moitié des morceaux de l'album, Matthieu Chedid est accompagné sur le titre Cet air par Fatoumata Diawara, diva malienne de la soul, révélée au grand public par le film Timbuktu, qui a raflé sept prix aux César 2015, dont celui de la meilleure musique.

Après que Toumani Diabaté a composé le titre aérien Cet air chez lui à Paris, -M- l’a embelli de guitares, de wurlitzer et de son propre sifflement : "On dit que siffler est toujours nostalgique, qu’on ne le fait que lorsqu’on pense au passé"

-M- :

Cette chanson est un souvenir de Paris et de Bamako, de ce que ces villes étaient et qu’elles ne seront plus jamais.

Aller plus loin

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.