Les morceaux de Rone sont des histoires. Des petites histoires aux contrastes forts. Des moments de partages, de souvenirs, de rêves. Des "Creatures" qu’il met au jour patiemment dans l’intimité de son home-studio. En quelques années, le producteur s’est créé un univers musical personnel et enchanté, électronique et épique. Un univers où la douceur des mélodies peut chavirer à chaque instant dans l’expression libératoire des machines.Chaque album de Rone est un instantané de la vie d’Erwan Castex, ce musicien autodidacte et discret, dont le visage innocent se cache derrière ses lunettes rondes et son large sourire.Ses albums "Spanish Breakfast" (2009) et "Tohu Bohu" (2012) ont révélé un artiste sensible, débordant de créativité, d’enthousiasme et de personnalité. Avec "Creatures", Rone affirme encore un peu plus son écriture musicale. L’album reflète ses nouveaux désirs, d’intimité et de grands espaces, de soleil et de pénombre, de fulgurance électronique et de beauté acoustique.

Rone a poursuivi sur ce nouvel album ses recherches de sonorités analogiques commencées avec « Tohu Bohu ». Les cris des machines et les accidents de parcours sont devenus des ingrédients clés de la mécanique déambulatoire des "Creatures".

Suivez Rone sur , Facebook, Instagram

Mots-clés :
Articles liés
Culture
Inclassable pop list des Sparks
25 septembre 2017
Musique
La playlist rap de France Inter
22 septembre 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.