S’il est un opéra qui traite de la désillusion amoureuse, c’est bien Così fan tutte, œuvre initiatique d’une grâce absolue, non dépourvue d’amertume. Christophe Honoré situe sa mise en scène dans une ville africaine de l’époque coloniale. Le décalage qu’il produit n’exclut nullement la fidélité au récit, mais souligne l’universalité de ce chef d’œuvre

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.