Metallica au X Games d'Austin
Metallica au X Games d'Austin © Suzanne Cordeiro/Corbis

Ce matin à 7h30 sur France Inter, notre consoeur Hélène Roussel a conclu son journal sur une étude importante pour le bien être de l'humanité. Nous vivons dans une époque de burn-out, de stress, de frustration.

La colère monte et toutes les techniques sont bonnes pour la faire redescendre : les filles font du yoga ou de la boxe. Les garçons font de la boxe ou du yoga. Vous pouvez également utiliser des techniques de respirations comme la sophrologie ou vous gaver de médicaments.

Pourtant, c'est bien grâce à la musique que la société pourrait éviter d'imploser sous sa rage contenue, réduisant ainsi à zéro tout espoir de retour à la croissance. Contrairement aux plantes, ce n'est pas de musique classique dont l'être humain aurait besoin pour devenir un petit bonsaï épanoui. Oubliez Mozart ou Michel Sardou , écoutez donc le death metal technique de Amoral , le Hardcore Metal punk des jeunes Rennais de Faith off ou le folk métal de Svartsot ...

C'est grâce à l'étude d'une fac autralienne (grande nation du métal) que la bonne nouvelle est arrivée. L'hypothèse avancée est que la musique extrême aurait des vertus apaisantes. Ainsi l'adage : "traiter le mal par le mal" prendrait tout son sens. On imagine ainsi pour calmer ses élèves qu'un prof pourra bientôt passé du Dying Foetus dans sa classe, que du Dew Scented sera envoyé à fond les ballons dans les stades de foot pour calmer les supporters ou enfin que le premier ministreManuel Valls et le gouvernement, maquillés façon Kiss, balancera du gros son dans l'hémicycle pour détendre ses députés.

Le métal, ça rend zen par Hélène Roussel

25 sec

Le métal ça rend zen

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.