Elvis Presley a accouché le rock'n'roll, et l'a incarné au point de devenir un roi. La légende a un temple : les studios Sun Records. Et son prophète : la radio.

Jerry Lee Lewis, Carl Perkins, Elvis Presley et Johnny Cash le 4 décembre 1956 dans les studios Sun records, à Memphis Tennessee
Jerry Lee Lewis, Carl Perkins, Elvis Presley et Johnny Cash le 4 décembre 1956 dans les studios Sun records, à Memphis Tennessee © Getty / Michael Ochs Archives
Elvis, Scotty and Bill
Elvis, Scotty and Bill © RCA - Victor

Elvis Presley aurait fêté ses 80 ans le 8 janvier dernier . Pour l'occasion, revenons sur les premières années qui ont lancé la carrière du King. Cette semaine, gros plan sur Sun records , le studio qui a vu naître Elvis Presley.

Hormis sa mère Gladys, pour qui il enregistra son premier disque, trois personnes ont compté dans le lancement de la carrière d'Elvis : Marion Keisker, Sam Phillips et Dewey Phillips . A eux trois, ils ont permis une véritable révolution culturelle en faisant éclore cet artiste hors normes qui fit bouger la société aux rythmes de ses déhanchements. Et retrouvez à la fin de l'article une play-list Sun records - Elvis Presley réalisée par le site de RF8.

La secrétaire, Marion Keisker

Bureau de Marion Keisker
Bureau de Marion Keisker © Stephen Downes

A l'été 1953, Elvis Presley pousse les portes du studios Sun records à Memphis avec l'intention d'enregistrer un disque pour l'offrir à sa mère. Le studio est spécialisé en musique noire, cette musique dans laquelle Elvis baigne depuis l'enfance. C'est la secrétaire du studio, Marion Keisker , qui accueille le jeune Elvis. C'est elle qui va sentir la première que le jeune garçon a une voix qui ne laissera pas indifférent. Son patron Sam Phillips est toujours en recherche de nouvelles voix et Marion lui glissera le nom d'Elvis, qu'elle pense douée pour les ballades. Et si les premiers essais d'Elvis face au patron de Sun records ne resteront pas dans l'histoire, Sam Philipps s'obstine et lui propose un enregistrement avec avec un groupe musical composé de Scotty Moore et Bill Black . Ils enregistrent ensemble le titre de blues d'Arthur Crudup qui fera date comme celui qui a vu l'avènement du King : "That's all right" . Nous sommes en 1954. En moins de deux ans, Elvis enregistre des titres comme "Blue moon" ,"Good Rockin' tonight" et"Mystery Train" ... La machine est en marche.

Le producteur, Sam Phillips

Derrière un artiste, il y a souvent un producteur ou un directeur artistique qui est présent pour donner le coup de pouce à l'origine du succés. Dans le cas d'Elvis, ce producteur s'appelle Sam Phillips . Producteur de radio, passionné de musique populaire, il travaille beaucoup pour les enregistrements amateurs, en particulier sur les mariages. En tant qu'agent et fondu de blues, il fait signer un certain B.B Kings sur des labels de blues de l'époque. Lorsqu'il crée Sun records en 1950, son objectif est de produire lui même des artistes en blues et en country. Il laisse traîner ses oreilles dans les bars du coin à la recherche de la perle rare. Mais c'est cette perle rare qui vient directement sonner à sa porte. Son premier succés vient de la voix d'un blanc qui chante comme noir, Elvis Presley . L'aventure avec Elvis sera courte et se comptabilise sur cinq singles. Mais si Sam perd Elvis, la rente que lui aura assuré ce dernier lui permet d'investir sur d'autres artistes comme Carl Perkins, Jerry Lee Lewis, Roy Orbison et l'homme en noir, Johnny Cash . Ce casting autorise aujourd'hui Sun records d'afficher fièrement "Where Rock & Roll was born" . En 1956, Elvis se rend dans les studios où enregistre alors Jerry Lee Lewis, Carl Perkins et Johnny Cash . De cet enregistrement naît un album mythique : The Million Dollar Quartet .

The Million Dollar Quartet - Elvis Presley, Jerry Lee Lewis, Carl Perkins, Johnny Cash
The Million Dollar Quartet - Elvis Presley, Jerry Lee Lewis, Carl Perkins, Johnny Cash © Sun Records / Sun Records

Le DJ, Dewey Phillips

Avant internet, pour qu'un titre musical trouve son public, il fallait passer par la radio et les oreilles d'un DJ qui décidait de qui serait diffusé ou pas dans son émission. La star de la radio à Memphis, dans les années 50, s'appelle Dewey Phillips . Comme son homonyme Sam Philips , il est passionné de musique noire et la fait entrer dans les maisons d'une Amérique traditionnaliste. Celui qu'on surnome "Daddy-O-Dewey" révolutionne la façon de faire de la radio avec un style chaotique et punk avant l'heure. Il devient une référence pour la jeunesse qui l'écoute tout les soirs. Comme ce fut le cas d'ElvisPresley , beaucoup penseront à travers sa voix et son phrasé que c'est un noir. Son émission "Red, hot & blue" sur WHBQ est prescriptrice en matière de musique et son influence s'étend bien au de là du Mississippi. C'est son ami, Sam Phillips qui lui transmet le disque de son jeune poulain Elvis, dans la foulée de l'enregistrement. Tellement conquis par la voix d'Elvis, il passe le disque dix fois d'affilée à l'antenne et fait sauter le standard de la radio. Il réalise même la première interview d'Elvis cette nuit là, mais le jeune homme est plus que timide. Dewey suivra Elvis sur les débuts de sa carrière, mais sa personnalité génante lui vaut d'être écarté de l'entourage du King et les nouveaux formats de radio poussent "Daddy-O-Dewey" vers la sortie dans les années 60.

►►►Retrouvez la play-list Sun Records / Elvis Presley

►►► A lire également : Elvis se déhanche à Paris et Il était une fois Elvis Presley, épisode 1

Merci aux équipes de la Discothèque de Radio-France pour leur contribution à cette article.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.