Aladdin Sane
Aladdin Sane © Emi

A l'occasion de l'exposition "David Bowie is" à la Philharmonie de Paris, nous avons demandé aux programmateurs de choisir une chanson de l'artiste caméléon. Aujourd'hui, Thierry Dupin a choisi pour vous "Jean Genie" .

Avant même la chanson, une pochette de disque mystérieuse qui m’attire , me trouble et m’intrigue. C’est la seule et unique fois de ma vie que j’achetais un disque pour son visuel avant même d’en connaître son contenu. J’étais adolescent, j’avais pris le train Bowie en marche et avais une vague connaissance de son univers.

Du fond de ma banlieue sud de Paris, je m’étais rendu chez le seul vendeur de disques de ma ville (un magasin d’électroménager !) afin de retirer ma commande initiale, l’album « Les paradis perdus » de Christophe … quand je tombe en arrêt sur la pochette incroyable d’ « Aladdin sane » qui trônait dans le magasin entre un aspirateur et un téléviseur à lampes.

Cruel dilemme en arrivant à la maison : lequel des deux disques vais-je écouter en premier, Christophe ou Bowie ?

Ce sera « Aladdin sane » . La pochette signée Brian Duffy présentant l’artiste avec ses cheveux orange, éclair et larme a eu raison de mes hésitations.

Il s’écoulera quelques jours avant que je me remette de la vive émotion que me procura (et me procure toujours !) cet album mythique qui voit déferler une cascade de notes magnifiques et insidieuses, produites par le subtil et efficace Ken Scott : « Lady Grinning soul » , « Aladdin sane » , « Time » (au texte sublime !), la reprise des Stones « Let’s spend the night together » , le classique « Drive-in Saturday » …et surtout …surtout l’immarcescible « Jean Genie » qui agit alors sur moi comme une claque. Ce titre sera ma porte d’entrée (tardive) dans l’univers baroque de Bowie.

Il reste, à ce jour, le titre que j’aie peut-être le plus écouté depuis que mes oreilles sont en capacité de percevoir des sons.

Deux légendes se télescopent au sujet de ce titre : il serait un jeu de mots maladroit sur l’écrivain Jean Genet mais aussi un hommage à son ami Iggy Pop . Peut-être les deux finalement. Quant à l’album des « Paradis perdus » de Christophe (autre génie !), il aura attendu quelques jours avant que je me décide enfin à retirer sa protection cellophane et à l’écouter. Avec délice.

Allez plus loin

►►►David Bowie interprète "Jean Genie" à "Top of the Pops" (1973)

►►► [Les coulisses de l'album "Aladdin Sane" par Télérama ](http://www.telerama.fr/sortir/david-bowie-la-pochette-d-aladdin-sane-racontee-par-chris-duffy,123229.php )

►►► J'ai choisi "The man who sold the world" par Marion Guilbaud

►►► J'ai choisi "Rock'n'Roll Suicide" par Jean- Baptiste Audibert

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.