Salvador, Biolay, Keren-Ann. Le premier fait déjà partie du patrimoine, les seconds débutent. La rencontre va donner naissance à un album au succès historique : "Chambre avec vue".

Henri Salvador récompensé aux Victoires de la Musique en 2001
Henri Salvador récompensé aux Victoires de la Musique en 2001 © Getty

La chanson Jardin d'hiver, co-écrite par Benjamin Biolay et Keren-Ann, paraît d'abord sur l'album de la jeune chanteuse, La Biographie de Luka Philipsen avant d'être choisie par Henri Salvador pour figurer sur l'album qui va marquer son grand retour à l'aube des années 2000.

Avec plus d'un million d'exemplaires vendus, _Chambre avec vue_ est le plus gros succès discographique d'Henri Salvador.

Pas mal pour un retraité de plus de 80 ans qui affiche près de 70 ans de carrière et quelques incontournables tubes. Sa maison de disque lui a laissé carte blanche. Alors Henri s'est fait plaisir.

À l'occasion de la sortie de Volver deuxième volet de ses aventures argentines, Benjamin Biolay se raconte dans L'Heure Bleue de Laure Adler. L'occasion de revenir sur la genèse de cette chanson.

Henri Salvador n'a chanté Jardin d'hiver qu'une seule et unique fois en studio. Et c'est cette maquette qui a ensuite été utilisée pour l'album. C'était en mai 1999, au studio de Lionel Gaillardin. Un souvenir mémorable pour Benjamin Biolay :

Je grattouillais ma guitare à deux mètres de lui et j'avais envie de mourir. C'est comme si Usain Bolt vous dit : "Moi je commente, toi tu cours", c'est pas possible.

Moment suspendu où tout le monde a la conviction intime d'écrire une page de l'histoire de la chanson française :

il y a quelques années, Benjamin Biolay a consacré un album à Charles Trenet. Il y a par ailleurs un énorme clin d’œil à Trenet dans l'album Jardin d'hiver.

Je veux déjeuner par terre
Comme au long des golfes clairs
T'embrasser les yeux ouverts
Dans mon jardin d'hiver

Amoureux de la chanson française, il aurait adoré faire chanter Charles Trenet par Salvador. "j'en ai parlé à Henri, raconte-t-il dans L'Express, il a failli m'en coller une.

Charles, quant à lui, m'a lancé: "Benjamin, pourquoi avez-vous écrit pour cet imbécile ?".

► CONCERT | (Ré)écouter Benjamin Biolay au 104

La brouille

Dans une interview parue dans Les Inrockuptibles en 2003, Benjamin Biolay n'est pas tendre : "Quand les gens parlent de ce disque, Salvador en tête, j’ai l’impression de n’avoir été là que pour les arrangements… Je ne suis même pas remercié sur le disque. Salvador dit partout que Keren Ann avait su trouver les mots justes pour lui, alors qu’elle n’en a pas écrit un… Nos rôles d’auteur et de compositeur ont été totalement inversés, par la rumeur j’ai vite compris que Salvador ne pouvait pas m’encaisser, qu’il aurait préféré ne travailler qu’avec une fille."

Les années tempéreront sa réaction. Dix ans plus tard, alors qu'il travaille sur l'album posthume de l'artiste, il écrit dans L'Express : "On s'est brouillés par la suite, j'étais jeune, j'espérais une relation plus intime. Mais on s'est réconciliés grâce à une connaissance commune."

L'album posthume

En 2012 donc, Benjamin Biolay assure la direction artistique de Tant de temps, album sur lequel on trouve six titres inédits dont Biolay se voit confier des maquettes "précaires", selon ses propres mots, enregistrées en 1999, soit avant Chambre avec vue. "Je savais déjà ce qu'il aimait ou pas. J'avais parlé jadis de longues heures avec lui de sa vision de l'histoire de la musique. Les chansons de Tant de temps ont été enregistrées dans l'esprit qu'il aimait et les arrangements réalisés autour de sa voix."

En studio, je pense à lui parfois. Je me demande comment il aurait chanté ça ... parce que vocalement c'est une des choses les plus belles que j'ai vu, Henri Salvador

Les reprises

Stacey Kent l'a enregistrée sur son album Raconte moi (2010)

Luz Casal dans son album Alma (2013)

et enfin par Pauline Croze en 2016, dans son album Bossa Nova.

Jardin d'hiver a également été reprise par Jacques-Laurent Terrasson, en 2002, dans son album Smile.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.