Vincent Delerm a livré un de ses remèdes à la mélancolie au micro d'Eva Bester. C'est un des grands succès de l'année 1971 et il est chanté par Joe Dassin : "La fleur aux dents".

Joe Dassin, 1970
Joe Dassin, 1970 © Getty / Ullstein Bild

Vous êtes à la fenêtre et vous regardez passer dans la rue la nouvelle GS de chez Citroën. Elle est orange pop comme votre mange-disques. Ce dernier est aussi orange que la pochette du disque que vous avez glissée à l’intérieur. Cette pochette de 45 tours pourrait vous faire penser à un gros plan sur le papier peint de chez votre grand-mère, de la toile de Jouy, vous a-t-on dit. Ce disque n’aurait probablement pas été nié par notre expert ès jardin Alain Baraton. Luzerne et La fleur aux dents. Nous sommes en 1971 et vous écoutez Joe Dassin.

Dimanche 25 juin sur France Inter, Vincent Delerm est l’invité d’Eva Bester dans Remède à la mélancolie. Et dans la liste des titres musicaux qui chassent le spleen, Vincent a choisi celui d’un chanteur à gros ceinturon, qui manie le fil de micro comme un cow-boy le ferait d’un lasso. Son analyse sur la musique rejoignait celle de Bertrand Burgalat avec les Beach Boys : la légèreté d'une musique n'empêche pas une certaine profondeur.

Je crois être touché par ces gens qui disent les choses mine de rien. Dans cette chanson de Dassin, c’est extrêmement léger, extrêmement variété. Mais il y a cette idée des filles que l’on aime, les filles avec qui l’on dort, celles que l’on regrette,… Cette façon de segmenter les choses ressemble plus à du Edouard Levé qu’à de la variété.

Rembobinons un peu l’histoire de cette chanson sortie dans un contexte un peu particulier. C’est cette année-là que sort le Manifeste des 343 Salopes dans le Nouvel Obs et Gisèle Halimi fonde son mouvement féministe Choisir. Musicalement, la jeunesse commence à se tourner vers les Rolling Stones, Led Zeppelin et Deep Purple. Reste que les maîtres de l’hexagone en ventes de disque s’appellent Sheila et Joe Dassin.

Un titre refusé par Joe Dassin

Joe Dassin, puisque c’est lui dont il s’agit, sort son 4e album La fleur aux dents en janvier 71. Il sera en tête des ventes pendant 20 semaines cette année-là. Le single lui fait n°1 pendant six semaines. L’année précédente, il a fait son premier infarctus mais il part en tournée quand même et s’impose comme un des plus grands vendeurs de disques. Le public le suit depuis 1967 avec les Dalton et le suit donc encore avec ce titre. L’auteur de ce tube s’appelle Claude Lemesle. Il a rencontré Joe à Paris en 1966 au Centre Américain. Et Joe aime les chansons de Claude. Ce dernier doit pourtant partir pour le service militaire et il ne revient qu’en 1969. Joe Dassin est devenu une star entre temps et son auteur attitré s’appelle Pierre Delanoë. Mais Claude écrit quand même pour lui et lui propose La fleur aux dents et L’équipe à Jojo. Mais le chanteur refuse. Claude Lemesle rapporte sa réaction dans le journal La Croix en 2009 :

Je ne vois pas pourquoi je te prendrai ce genre de musique puisque je peux faire en autant.

Avec son master en anthropologie consacré aux indiens Hopis, peut-être considérait-il qu'il n'était pas fait pour chanter de la variété ? Il faudra l’intervention du directeur artistique de CBS auprès de Joe Dassin et deux mois de travail pour les titres soient validés. C’est le début d’une longue collaboration.

Joe Dassin connaît par la suite une baisse de régime avec des singles qui se vendent plus difficilement. Il se tourne vers l’Allemagne qu’il avait déjà conquise en 1969 avec son adaptation des Champs-Elysées. Il lui faut attendre 1974 et L’été indien pour reconquérir les mange-disques oranges des Français.

Claude Lemesle signe plus de 1400 chansons enregistrées et collabore avec tous les grands noms de la chanson française.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.