Son album "Petite amie" sort vendredi : Juliette Armanet est venue chez Augustin Trapenard… Elle a chanté en direct à l'antenne quelques chansons… et même une pour Augustin !

Juliette Armenet
Juliette Armenet © Théo Mercier et Erwan Fichou

Juliette Armanet était l'invitée d'Augustin Trapenard dans Boomerang vendredi dernier ; elle est venue avec Christian, son clavier (oui, elle a appelé son piano Christian. Vous ne donnez pas de nom à ceux qui vous sont chers, vous ?)

Une histoire d'amour avec la radio

Juliette Armanet a prénommé son clavier "Christian". Elle joue depuis qu'elle est enfant. Quand elle compose, c'est pour le piano - même quand elle tente de sortir du piano et de composer une chanson plus musique électronique, cela se termine sur scène au piano... comme pour L'Amour en solitaire qu'elle a sorti dans une première version électronique en 2014 et qu'elle ressort aujourd'hui avec un accompagnement au piano…

Dire que Juliette Armanet aime le piano est un euphémisme.

Mais Juliette aime aussi la radio :

La radio est le média magique, qui laisse libre celui qui l’écoute d’imaginer

Et à la radio, il paraît qu’elle écoute Boomerang, parfois… ou plutôt, tous les matins…

Toutes les nuits je n’pense qu’au lendemain
Car le lendemain j’écouterai Augustin
Et mon cœur fera Boom’rang,
Boom, Boom, Boom’rang…

Ecoutez cette belle chanson d'amour ♥ :

Comment le piano est entré dans sa vie…

Juliette Armanet a confié au micro d'Augustin avoir joué ses premières notes de musique à Lille, d'où elle vient.

Il y avait un piano chez moi qui trônait, la grand bête noire qui faisait comme un membre de ma famille. [...] On s’installait au tableau comme on s’installait à la table.

Elle ajoute : "Tout le monde jouait du piano, mes parents, ma grand-mère, mes frères. [...] On jouait les uns après les autres, on s’écoutait jouer, on se disait : "C’est pas mal ton truc, là", "Oh je préfère quand tu fais ça comme accord"…

Bizarrement je pourrais plus composer comme je le faisais comme ça en sachant que tout le monde écoute. Maintenant j’ai besoin d’être totalement seule pour jouer, composer, travailler.

Aucune surprise donc qu'elle soit devenue pianiste, elle est pour ainsi dire tombée dedans quand elle était petite.

On jouait des standards, on chantait, c’était très joyeux.

Sa maman était musicienne, pianiste classique, son père pianiste de jazz et compositeur... Elle improvise à l'antenne l'une des premières chansons qui lui soient arrivées dans l'oreille : la comptine "Une Chanson douce"... et c'est en effet très doux, écoutez plutôt

Et puis cela ne l'a pas lâchée.

Devenue adolescente, elle s'est mise à "tabasser le piano", comme elle dit. Répéter en boucle pendant des heures les mêmes rythmiques et le mêmes mélodies.

Et à la fin de la semaine, le 7 avril, son premier album "Petite amie" paraîtra. Un album France Inter à découvrir

"I Feel It Coming", version "un peu olé-olé"

C'est désormais une tradition, les invités de Boomerang ont droit à une carte blanche, et quand ils sont musiciens, ils sont priés de la donner en chanson. Il y a eu Juliette et sa reprise de Bella Ciao, Jeanne Cherhal Pour que tu m'aimes encore, Natalie Dessay en fée des Lilas... Juliette Armanet, a choisi de reprendre I Feel It Coming du groupe canadien "The Weeknd"

I Feel It Coming qu'elle traduit en "Je te sens venir"… Une reprise qui tient plus de l'interprétation personnelle, assez libre d'ailleurs.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.