République Démocratique du Congo, France / Revigorant retour aux sources pour l’inlassable mixeur des musiques du monde entier : le pianiste fédère les forces vives de son pays natal pour brosser un portrait sonore endiablé du Congo d’aujourd’hui.

Depuis son départ aux Etats-Unis en 1979 pour enregistrer son premier disque solo, Ray Lema n'était jamais retourné dans son pays natal. Compagnon de Manu Dibango ou de Joachim Kühn, explorateur de l’art vocal bulgare, auteur d’opéra, trublion techno, accoucheur de B.O., ce pianiste-compositeur avide en rencontres du troisième type a toujours été un passeur du rock à la rumba, de l’Afrique à l’Europe. En musicien humaniste, l’extraterrestre de la sono mondiale fait aujourd’hui le lien entre les générations et réunit sur une même scène artistes traditionnels et activistes des musiques urbaines du Congo. Un casting effervescent placé sous le signe de la découverte de trésors cachés.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.