Il est venu en rouge. Gilet rouge, cravate, pantalon et chaussures rouges, les yeux très bleus. Mi clown, mi clochard, l'allure d'un Michel Simon ou d'un Antonin Artaud, la voix douce d'un prêtre en confession. Le musicien ne ressemble pas à celui qui hurlait sur son dernier disque : Louxooooooor? J'adoooooooooore. "C'était juste un personnage, avoue-t-il, un personnage créé pour ce disque et le temps d'un spectacle". Après une tournée triomphale harassante où il apparaissait en slip et en sous pull rose et même quasiment nu ("on ne ressort pas indemne de cette nudité face à des milliers de personnes"), entouré de musiciens déguisés en "bunny", après le spectacle créé avec la chorégraphe Mathilde Monnier, Katerine présente un roman graphique, "Doublez votre mémoire", chez Denoël. Dessins, collages, extraits d'articles de presse sur lui et sa femme Helena Noguera, journal intime rédigé à la main. Le livre offre une plongée dans le passé d'enfant et d'adolescent de l'artiste. C'est aussi une illustration de son imaginaire plus riche que le nôtre, sans doute. On découvre les fugues du petit Philippe, la mort lente qu'il donnait aux mouches, les brimades dont il était victime au lycée catholique où, parce qu'il ne se lavait pas, ses camarades l'appelaient "Poubelle" en versant sur lui leurs détritus. De cette terrible humiliation, il déclare en avoir tiré "une certaine jouissance". Le musicien est un homme intriguant, un original, un poète aussi. Libre, il évoque le désir qu'il a éprouvé autrefois de rentrer dans les ordres et la culpabilité qui l'habite depuis l'enfance, conséquence de l'éducation catholique de ses parents vendéens. Que deviendra-t-il? Peut-être un ermite, un contemplatif, assurément. Il partira, qui sait, à la campagne, seul et cultivera son jardin. Ecoutez ses disques, le dernier, "Robots après tout", mais aussi les anciens, par exemple "les mauvaises fréquentations". Et si vous le souhaitez, vous pouvez écouter l'entretien qu'il nous a accordés, avec Cyril Sauvageot, dans "Esprit critique" le lundi 5 novembre.

St. Lavoué/ Myop
St. Lavoué/ Myop © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.