Il est en vogue de moderniser les musiques traditionnelles du monde en y ajoutant une touche pop ou rock. Il est aussi intéressant de renouveller la tradition de l’intérieur.C’est dans cette lignée que s’inscrit le groupe Kel Assouf: partir de la tradition touarègue et chercher à lui apporter plus sans défigurer ses racines.Quand le chanteur/guitariste touarègue du Niger, Aboubacar ‘Anana’ Harouna est arrivé à Bruxelles en 2005, il s’est inspiré de la ville pour mettre ce superbe blues du désert au goût du jour : il a découvert une ville métissée, avec une grande diversité culturelle, et s’en est servi pour y ajouter un souffle de reggae, une touche d’afrobeat.Avec d’autres musiciens venus de Mauritanie, du Ghana, de France, du Togo, Mali et d’Algérie, Kel Assouf est un beau reflet de nos grandes villes européennes, pluriculturelles et pleines de nouvelles fusions musicales porteuses d’un message de paix, d’union et de solidarité entre peuples et cultures. Ce premier album original est d’ailleurs dédié à Tin Hinane, l’ancienne reine des touaregs qui a su unir les peuples berbères au-delà des frontières.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.