Ravagé par un incendie en mars 2011, l'Élysée-Montmartre ouvre à nouveau ses portes avec un concert de M. C'est le retour d'un lieu mythique du rock et de la musique.

Le 22 mars 2011, la salle de l'Élysée Montmartre part en fumée
Le 22 mars 2011, la salle de l'Élysée Montmartre part en fumée © Reuters / Charles Platiau

Elle a bien failli finir ses jours comme une vieille dame respectable de 204 ans. Mais l'Élysée-Montmartre n'a pas survécu à deux guerres mondiales et la fine fleur du rock mondial pour se laisser brûler si faclement. Ouverte en 1807, la salle a d'abord été consacrée aux bals, faisant même une apparition en "guest-star" dans le roman L'Assomoir d'Émile Zola. Et depuis, elle a eu plusieurs vies.

Du quadrille au catch

La salle de bal deviendra petit à petit salle de spectacle, entre fêtes costumées et dansantes (où l'on pratiquait le fameux quadrille) et représentations théâtrales. Il sera aussi, au XIXe siècle, un des principaux "clubs révolutionnaires" de discussion animée. Elle subit un premier incendie en 1900 qui oblige les propriétaires à tout redécorer. Puis, en 1949, la salle devient un ring : s'y succèdent les combats de boxe et de catch, mais aussi des spectacles de striptease.

Le propriétaire d'alors, Roger Delaporte, l'une des figures de l'âge d'or du catch français, laisse aussi la porte ouverte au théâtre de temps à autres. En 1968, Jean-Louis Barrault monte Rabelais, sur une musique de Michel Polnareff. Puis, la comédie musicale Oh ! Calcutta !, mise en scène par Philippe Khorsand, avec des comédiens tous nus, s'installe en 1971 et restera à l'affiche jusqu'en 1975.

Rock'n'roll

À partir de 1976, Jacques Higelin, Patti Smith, Alain Souchon, jouent en concert à l'Élysée-Montmartre, qui devient aussi un lieu privilégié de passe pour les groupes de heavy-metal, un genre en pleine explosion. Mais c'est en 1989, avec le rachat par la société de production Garance, que le rock et la scène indépendante vont s'installer durablement. Nick Cave, The Stone Roses, Noir Désir, Daft Punk, et même David Bowie, en 1999. Pas mal pour une salle d'à peine 1 400 places. Elles seront d'ailleurs toutes prises pour le concert de -M- du 15 septembre, qui affiche complet.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.