Lakhdar Hanou, musicien hors pair et émérite d’origine algérienne, découvre le oud au fil des rencontres, notamment à travers les nombreux voyages qu’il entreprend au sud du bassin méditerranéen (Maghreb, Égypte, Syrie…) où il réalise un collectage de musiques. Dans l’idée de s’inspirer des grands maîtres luthistes et compositeurs du monde arabe - comme par exemple la rencontre avec Hâtif Abdelhamid (Maison de l’Opéra du Caire en Égypte), Khaled Jaranami (Conservatoire de Damas en Syrie), Mohammed Hervé Haris à Marseille, Samir Joubran - il affine ainsi la technique du oud et commence à centrer son propos. Il s’expérimente alors aux cotés de musiciens de divers horizons en intègrant différentes formations. Sans cesse inspiré par ce qu’il entend, avec Kafila , sa première création, il donne corps à un travail qu’il base avant tout sur l’expérience et la rencontre, sa véritable école. Il synthétise, dans ce spectacle à géométrie variable (duo, trio, quartet ou ensemble) les différents univers qu’il a traversé jusque-là : ceux de la musique flamenco, occitane ou classique ...Il y a dans le travail de Lakhdar Hanou une réflexion profonde sur la tradition littéraire depuis la rencontre avec Sapho ou le poète arabe Amjad Nassir. La littérature et la poésie du monde arabe inspirent ses compositions qu’il se plait à citer dans ses spectacles. Patient, assidu et constant lorsqu’il aborde la composition, il est en perpétuelle réflexion sur ses possibilités et les techniques d’interprétation d’une musique essentiellement fondée sur le maqâm. Conscient de sa double culture, ses compositions originales traduisent son identité et son esprit, privilégiant le respect de la tradition à travers son temps et le monde qui l’entoure. Par cette maturité, il crée un quintet instrumental « Les Doigts Teintés ». Une création très intime qui laisse entrevoir la naissance d’une nouvelle esthétique. Insatiable compositeur, son dernier projet « Voyages et Mélodies sous le signe du Maqâm », traduit fidèlement son ouverture aux autres cultures. Partant d’un concept basé sur l’alliance entre les traditions musicales d’Orient et d’Occident , il s’entoure de musiciens « ambassadeurs » des contrées explorées tout en laissant une place de choix au chant. Un projet qui laisse entrevoir de belles perspectives, comme par exemple sa collaboration avec l’Institut du Monde Arabe, qui le programme en février 2012. Cet artiste accompli, nous dévoile son talent affûté à travers des valeurs fortes chargées de générosité, d’humanité et de partage que le public enthousiaste ne se lasse plus d’écouter.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.