Jean-Pierre Darroussin était sur le plateau de "Boomerang" pour parler de "Gloria Mundi", le nouveau film de Robert Guédiguian. Avec Augustin Trapenard, il a parlé de résistance, du passé, de peinture, de Jean Gabin, de poésie et du "Temps des cerises" cher à son père.

Jean-Pierre Darroussin dans "Gloria Mundi"
Jean-Pierre Darroussin dans "Gloria Mundi" © EX NIHILO 2019

Tout commence par une grosse émotion suite à la diffusion d'un extrait de Le jour se lève. Les voix de Gabin et Arletty bouleversent Jean-Pierre Darroussin au point de lui faire monter les larmes aux yeux. 

1 min

Jean-Pierre Darroussin chante le temps des cerises

Par France Inter

Et puis sur le fil de cette émotion, le comédien nous offre une chanson et l'on comprend au détour d'une phrase que ce choix n'est pas anodin. Il y a quelques années, Jean-Pierre Darroussin a écrit Le souvenir que je garde au cœur (Fayard) un livre de souvenirs où il évoque un monde révolu. Un monde dans lequel son père chante… Le Temps des cerises.

De la bluette ou chant révolutionnaire

Cette chanson est devenue l'hymne de la Commune de Paris. Pourquoi ? Comment ? Voici la thèse la plus répandue : la chanson est l'oeuvre d'Antoine Renard pour la musique et de Jean-Baptiste Clément pour les paroles. Le texte daterait de 1866, soit cinq ans avant la Commune.

Le lien entre la chanson et les événements du printemps 1871 aurait été fait par l'auteur du texte lui même. En 1885, il publie un recueil de ses textes, Chansons Choisies, et dédie Le Temps des cerises "à une vaillante fille qui, elle aussi, a couru les rues à une époque où il fallait un grand dévouement et un fier courage !"

Il évoque un épisode datant du 28 mai 1871 : "Alors que tout Paris était au pouvoir de la réaction victorieuse, quelques hommes luttaient encore dans la rue Fontaine-au-Roi." Une jeune ambulancière d'une vingtaine d'années avait alors fait son apparition, un panier au bras, proposant ses services, et avait soigné quelques uns des blessés jusqu'à ce que le groupe abandonne la barricade.

Nous sûmes seulement qu'elle s'appelait Louise, poursuit Clément et qu'elle était ouvrière.

Qu'est-elle devenue ? s'interroge Clément. A-t-elle été, avec tant d'autres filles, fusillée par les Versaillais ? N'était-ce pas à cette héroïne obscure que je devais dédier la chanson la plus populaire de toutes celles que contient ce volume ?"

La tombe de Jean-Baptiste Clément au Père Lachaise
La tombe de Jean-Baptiste Clément au Père Lachaise © Getty

Moins guerrière que La Marseillaise, moins engagée que L'Internationale, Le Temps des cerises est devenu, après le massacre des Communards, le symbole de la Commune et des immenses espoirs qu'elle avait engendrés.

Au-delà du symbole

Ce texte peut aussi bien évoquer une révolution qui a échoué qu’un amour perdu et depuis 150 ans il a été beaucoup interprété : de Tino Rossi à Barbra Hendricks lors de la cérémonie d'hommage à François Mitterrand, en passant par Charles Trenet en 1942 dans une version swing, Cora Vaucaire, Jack Lantier, Mouloudji, Susy Delair, Colette Renard, Nana Mouskouri, Dorothée, Léo Ferré, Juliette Gréco, Patrick Bruel ou Joan Baez...

En février 1974, Yves Montand la reprend pour son caractère révolutionnaire emblématique lors de son unique concert en faveur du Chili.

Le 10 janvier 2016, le Chœur de l'Armée française l'interprète pour la première fois, Place de la République, en hommage aux victimes des attentats de janvier et du 13 novembre 2015 et un an après les Manifestations des 10 et 11 janvier 2015.

Aller + loin

LIRE | La chanson française de 1870 à 1945... en "presque" 50 chansons

Les paroles 

Quand nous en serons au temps des cerises
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur.
Quand nous en serons au temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur.  

Mais il est bien court le temps des cerises
Où l'on s'en va deux cueillir en rêvant
Des pendants d'oreilles
Cerises d'amour aux robes pareilles
Tombant sous la feuille en gouttes de sang.
Mais il est bien court le temps des cerises
Pendants de corail qu'on cueille en rêvant.  

Quand vous en serez au temps des cerises
Si vous avez peur des chagrins d'amour
Evitez les belles
Moi qui ne crains pas les peines cruelles
Je ne vivrai pas sans souffrir un jour.
Quand vous en serez au temps des cerises
Vous aurez aussi des chagrins d'amour.  

J'aimerai toujours le temps des cerises
C'est de ce temps là que je garde au cœur
Une plaie ouverte
Et dame Fortune en m'étant offerte
Ne saura jamais calmer ma douleur.
J'aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au cœur.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.