Au Bénin, toutes les musiques se nourrissent, d’une manière ou d’une autre, des anciens rites dédiés aux dieux vaudous. Des musiques qui empruntent le plus souvent aux rythmes des tambours sacrés, ceux-là mêmes qui s’adressent aux esprits, éduquent les hommes et mènent les transes rituelles. Le Tout Puissant Orchestre Poly Rythmo est, au panthéon des ensembles africains électrifiés, l’un des seuls à pouvoir se targuer d’avoir accompagné le Black President, Mama Africa (Fela Kuti et Miriam Makeba) ou encore Manu Dibango. Légende des nuits de Cotonou, ambianceur de bar dancing dans toute l’Afrique, le Poly Rythmo a servi son cocktail vaudou aux saveurs latino, funk, afro-beat, durant de longues décennies avant de tomber dans l’oubli. Sa myriade d’albums et l’exceptionnelle qualité de son répertoire donnait bien lieu à des rééditions sporadiques ou des apparitions sur des compilations pour oreilles occidentales avides de pépites africaines disparues, pourtant le Poly Rythmo n’avait plus aucune activité et n’était jamais sorti d’Afrique. Et quarante ans après sa formation, c’est la rencontre du désir inassouvi de ses musiciens et de la passion d’une journaliste, productrice pour Radio France, qui permettra de pallier cette lacune dans leur carrière. Redonnant ainsi vie au combo le plus influencé par James Brown de toute l’Afrique de l’Ouest, ils se lancent dans une tournée mondiale et sortent un nouvel album « Cotonou Club ».

En tournée :

Le 5 octobre 2011 au Confort Moderne à Poitiers

Le 8 octobre 2011 à Lausanne (Suisse)

Mots-clés :
Derniers articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.