Rétrospective en musique de l'année 2017. A écouter sans aucune modération ♪

Vous cherchez des idées cadeaux ? Pourquoi pas un des albums de l'année !
Vous cherchez des idées cadeaux ? Pourquoi pas un des albums de l'année ! © Getty / parameter

Entre vacances et réveillon, les fins d’année sonnent aussi l’heure des bilans. L’équipe de la programmation musicale et Didier Varrod, après s’être réunie en grand secret, a choisi 10 albums qui ont marqué notre année. 

Le spectre musical est celui que vous retrouvez à l’antenne : chanson française,  world, rock, blues, rap et soul... une diversité qui ressemble à notre époque et à notre société. Une rétrospective qui s’écoute aussi dans le 5/7 de France Inter. Ne ménagez pas vos oreilles. 

  • Oumou Sangaré : "Mogoya".
    Comme le racontait Rebecca Manzoni dans Pop N Co, au Mali, la tradition veut que les chants soient pris en charge par les griots. Oumou Sangaré n’est pas griotte ; ce à quoi elle répond : "Et alors ? Il était griot Michael Jackson ?"
  • Lee Fields & The Expressions : "Special night".
    Ce qui est impressionnant c’est à quel point il est capable de s’exprimer dans différents registres musicaux : du blues du sud des Etats-Unis, à une soul / funk énergique inspirée par James Brown & the JB’s, en passant par un r'n'b plus traditionnel, et le gospel évidemment.
  • Juliette Armanet : "Petite amie"
    L'amour et ses chagrins, la solitude et la mélancolie, Juliette Armanet les chante et nous rappelle les mélodies de Véronique Sanson.
  • Queens of The Stone Age : "Villains"
    A 18 ans, Josh Homme était déjà un guitariste à part, il accordait son instrument deux tons au-dessous de la normale et le faisait passer par un ampli basse.
  • Lomepal : "Flip"
    Le jeune rappeur fut le premier résident de la "Foule sentimentale" de Didier Varrod cette saison.
  • Camille : "Ouï"
    "Je voulais faire un disque protestataire, je voulais dire "non". Et voilà que je dis "OUÏ". Dans OUÏ, il y a tout : la rondeur du O, l’ouverture du U, la droiture du Ï. Tout ce que je souhaite dire, être et devenir. Aucun obstacle au chant des voyelles, au battement du cœur, du OU au Ï, de l’obscurité à la lumière, du grave à l’aïgu, de la terre aux nues, du tambour à la voix, de lui à moi. Et au bout du labeur : le Ï tout OUÏ, et ses deux poings levés vers le ciel"
  • Kendrick Lamar : "Damn"
    Depuis cinq ans, Kendrick Lamar, noir américain, a remis politique et question raciale au cœur du rap.
  • Bror Gunnar Jansson : "And the great unknown"
    Le Suédois sait aussi raconter des histoires, dans ces chansons on peut rencontrer, des personnages souvent au bord de l’abîme qui pourrait accompagner un bon polar nordique.
  • Loyle Carner : "Yesterday's gone…"
    La majorité des textes de cet album parlent de sa vie de famille et d’un père absent. L’intimité de Loyle Carner est dans les textes et aussi dans des moments de vie, qu’il a captés à la volée et qu’il a gardés sur le disque.
  • Tim Dup : "Mélancolie heureuse"
    Avec quatorze chansons qui dessinent le portait d'un artiste en jeune homme, Tim Dup se révèle observateur de la banalité du quotidien, un marchand de réalité qui fait de l’habituel un rêve éveillé.

Aller plus loin

• ♪♫ | Toutes les playlists de France Inter

• PODCAST | Pop N co de Rebecca Manzoni

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.