Le festival Les Femmes S'en Mêlent célèbre la scène féminine indépendante depuis maintenant 16 ans . A sa naissance en 1997, il ne s'agissait alors que d'un unique concert parisien, le 08 mars, journée internationale de la femme. Gardant cette même idée de départ mais s’affranchissant de cette journée de célébration, les Femmes S'en Mêlent s'étend désormais dans toute la France et sur plusieurs soirées à Paris et Grenoble. Porté avec passion et curiosité, reconnu pour son éclectisme et son exigence, le festival met en avant des artistes innovantes, téméraires, affranchies et profondément singulières. Prenant appui sur une scène féminine de plus en plus riche et variée, il s'est développé au fil des années pour devenir un rendez-vous européen incontournable. Tirant partie de sa renommée il accueille de nombreuses artistes internationales et fait la part belle à la découverte et à l’émergence de nouveaux talents. Les Femmes S'en Mêlent, hormis ce subtil jeu de mots dénotant avec un certain plaisir la présence de plus en plus importante des femmes dans la musique ; est un festival militant, solidaire, défricheur et indispensable.

C’est avec enthousiasme que Les Femmes S'en Mêlent vous dévoile la programmation de sa dix-septième édition. Si l’esprit du festival reste le même il y a quelques surprises cette année. Tout d’abord deux jours deconcerts exceptionnels au CENQUATRE à Paris les 21 et 22 mars avec Cults , Nadine Shah, Elily Wells, Léonie Pernet, Anna Aaron, Karol Konga, Dena, Forêt, Chrysta Bell, Lorelle Meets the Obsolete, Nicole Saboune, Alice Lewis, Kandle, Suzanne Combo...... Des créations originales notamment le 19 mars à l’église Saint-Merry avec l’américaine Julianna Barwick et le chœur féminin du conservatoire de Sannois , et la française Sir Alice et le créateur BernhardWillhem au Centre Pompidou le 20 mars .Une soirée 100 % américaine le 26 mars au Divan du Monde avec deux amies du festival Eleni Mandell et Emily Jane White , et l’incroyable Angel Olsen .Sans oublier notre étape à l’Institut Suédois avec une artiste à l’écriture exclusivement suédoise, Skator, le 27 mars.

Pour clôturer le tout, l'immanquable soirée à la Machine du Moulin Rouge avec lesBarbi(e)Turix et De LaMontagne , le vendredi 28 mars , qui promet d’être chauffé à blanc avec les deux étoiles montantes scandinaves du hip-hop féminin Gnucci et Linkoban , avec cerise sur le gâteau en vedette américaine l’impétueuse Dominique YoungUnique . Mais aussi le quatuor féminin le plus attendu de l’année La Luz de Seattle ; et les ambiances new-wave istanbuliotes de Kim Ki O . Il y aura même quelques plateaux inédits.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.