France Inter en direct des Nuits Sonores / European avec :

  • le mercredi 28 mai , 17-18h,Encore heureux , special european Lab, Arthur Dreyfus Toujours dans l'époque, toujours fidèle à ses convictions Avec la fin des usines Brossette en 2013, c’est une nouvelle page de notre histoire que nous devions tourner. Une fois de plus, la 12e édition de Nuits sonores va réinventer le festival ! Fidèle à ses convictions, à sa passion pour les plus beaux espaces industriels, l’équipe d’Arty Farty avait depuis longtemps repéré la magnifique Halle Girard, connexe à l’ancien site du Marché Gare utilisé pour les éditions 2009, 2010 et 2011. Son occupation devenue possible, Nuits sonores pouvait retrouver son territoire de prédilection : la Confluence.
    En 2014, Nuits sonores réinvestit ainsi l’ancien Marché de Gros, mais d’une façon et sur des espaces totalement inédits. Pour le public fidèle, ce sera une sorte de retour vers le futur : retrouver quelques repères de ce site resurgi du passé, sans pouvoir le reconnaître totalement… Pour tous les nouveaux venus, ce sera une exploration inédite de cet espace industriel et de la Confluence, sur lequel se déclineront, entre autres, un programme de jour renforcé (NS Days et Mini sonore à la Sucrière), une inauguration dans un lieu inédit, des événements pro au Sucre, le forum European Lab à l’Hôtel de Région, une Carte blanche qui investira l’espace des Apéros sonores Glasgow, ville invitée 2014 , un parcours urbain et scénographique plus ambitieux que jamais. Et pour conclure,un extraordinaire Concert spécial , avec le légendaire groupe allemand Kraftwerk . Car autour de ce nouveau site de nuit, aussi merveilleux que spectaculaire, s’est construit le projet Confluence 2014 : une nouvelle forme de territorialisation de Nuits sonores, à la fois centrée sur cet incroyable espace du sud de la Presqu’île, et ouvert sur tous les quartiers de Lyon à travers les programmes les plus participatifs.

Pour le reste,Arty Farty aborde cette 12e édition avec les mêmes convictions. La philosophie du festival est intacte : développer un événement urbain, ouvert à l’ensemble des champs disciplinaires contemporains, de la musique bien sûr mais aussi du graphisme , de la scénographie , de lacréation visuelle et des culturesnumériques . Si d’autres festivals cherchent à présenter pléthore de grands noms ou à dénicher la fraîcheur artistique à n’importe quel prix, Nuits sonores persiste à éditorialiser ses propositions, à entretenir une relation didactique et sensible avec ses publics au travers des histoires qui parcourent la création artistique urbaine, contemporaine et mondiale. L’histoire d’un quartier (Confluence), l’histoire d’une ville (Glasgow), le parcours d’un artiste intronisé curateur, l’histoire des croisements transdisciplinaires (Images sonores par exemple), tels sont les leviers d’écriture du projet Nuits sonores : un rendez-vous qui se veut résolument le filtre de lecture d’une époque où tout se précipite, l’instantané d’une création artistique riche de sensibilité et d’innovation. Avec toujours cette intransigeance dans le propos artistique et la volonté d’offrir au public, de Lyon et de toute l’Europe, un espace-temps singulier, urbain, inédit, innovant et partagé.Vincent Carry

Carte blanche à Glasgow

Après avoir rendu hommage à Manchester en 2005 et à Londres en 2009, Nuits sonores met à l’honneur pour la troisième fois la scène foisonnante du Royaume-Uni en invitant Glasgow .Depuis 30 ans, Glasgow a fait le choix de placer les arts et la culture au coeur de sa politique de régénération urbaine, économique et sociale. Ils sont devenus les vecteurs privilégiés de la municipalité pour relancer l’activité économique et procéder à la reconversion des friches industrielles en zones culturelles, commerciales et résidentielles. Cette orientation s’inscrivait dans un cadre encore plus large dont l’objectif était de reconstruire une image claire et positive de la ville et de lui rendre l’attractivité qu’elle avait perdue depuis bien longtemps pour les investisseurs et de nouvelles populations.La culture et les arts ont fait renaître la ville post-industrielle pour la faire accéder au rang de capitale culturelle au rayonnement international.De nombreux points de conjonctions avec la Ville de Lyon et plus encore avec le projet territorial que nous présentons pour Nuits sonores et European Lab 2014 à Confluence nous ont poussé à choisir Glasgow pour la 12e édition du festival...Dans le cadre du projet Confluence 2014, la Maison de la Confluence, située au coeur du territoire concerné, devient l’épicentre du projet. Dans cette perspective, la Maison de la Confluence , en lien avec la Halle aux Fleurs, accueille :— les Apéros Glasgow— le lieu d’exposition et de projection du programme Carte blanche à Glasgow— un espace convival de rencontre et d’échanges artistiques. Tout le programme de la Carte blanche est gratuit.Retrouvez également les artistes de la scène de Glasgow :— à l’Inauguration du festival : Martyn Flyn et Stephen «Pastels» McRobbie— sur les Nuits principales : Jackmaster B2B Jasper James, Halfrican et Rustie

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.