A l'occasion des 32e Victoires de la Musique, la programmation musicale propose de remonter le temps et de retrouver - condensées en 50 titres, trois décennies de Victoires.

Trophées des victoires de la Musique, une oeuvre dessinée par Philippe Guillemet
Trophées des victoires de la Musique, une oeuvre dessinée par Philippe Guillemet © Getty / Francois Durand

Comment résumer 32 ans de palmarès des Victoires de la Musique ? C'est le pari qu'a relevé l'équipe de la programmation musicale, en établissant cette playlist de 50 titres. Un choix forcément subjectif, qui mélange les genres (La boulette de Diam's voisine avec La Boîte de jazz de Jonasz et croise Down The Road de C2C comme Clandestino de Manu Chao).

Une playlist qui est aussi l'occasion de se souvenir... Morceaux choisis.

Les Rita Mitsouko

Rebecca Manzoni dans Tubes and Co présentait le tube des Rita Mitsouko ainsi :

"Marcia Baïla", chanson de deuil sur un air de nouba

1990, sur la scène du Zénith, les Victoires sacrent Marcia Baïla, seconde meilleure chanson française de la décennie 1980-1990. C'est l'époque des catégories improbables, de Michel Drucker en maître de cérémonie et des artistes en costard assis dans la salle autour de tables rondes.

Mylène Farmer

Je suis un peu triste, mais heureuse

En novembre 1988, c'est un Alain Souchon facétieux qui remet à "la fifille coquine" (sic !) Mylène Farmer la Victoire de l'artiste féminine de l'année. Une année marquée par la sortie de l'album Ainsi soit je..., dont chacun des singles extraits sont devenus des tubes (Sans contrefaçons, Ainsi soit je, Pourvu qu'elles soient douces et Sans logique).

Alain Souchon est un grand habitué des Victoires. Avec neuf trophés remportés, il est - après Bashung et Johnny Hallyday, et à égalité avec M - l'artiste le plus primé des Victoires. En 2005 , Foule sentimentale remporte la Victoire de la chanson des 20 dernières années.

(re)écouter | Tubes and co de Rebecca Manzoni consacré à Foule Sentimentale

Alain Bashung

Qu'est-ce qu'on peut dire à part "Ô la la..."

En 1998, c'est la consécration : Alain Bashung est primé trois fois : en tant qu'artiste interprète masculin de l'année, pour le vidéo-clip de l'année ("La nuit je mens", réalisé par Jacques Audiard) et pour l'album de variété, pop, rock de l'année Fantaisie militaire.

En 2009, trois récompenses lui sont décernées, portant à 11 le nombre de trophées remportés depuis la création des Victoires. Gravement malade, émacié et livide, c'est debout et digne qu'il entame devant une salle qui retient son souffle "Résidents de la République" :

La playlist des Victoires

Aller plus loin :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.