Il n’est pas question d’adapter La Bohème , encore moins d’en transposer l’argument ou l’intrigue de nos jours. Il s’agirait plutôt de l’apprivoiser, de chercher le bon angle, la bonne distance, en un mot de tâtonner. Il nous semble impossible de « refaire » La Bohème sans raconter ce tâtonnement, l’histoire d’une relation qui ne sait pas précisément ce qu’elle cherche ni même ce à quoi elle se relie. Il faudra donc s’approcher et s’éloigner, être dedans comme si on y avait toujours été et dehors comme si La Bohème était à jamais inaccessible.Entre ces deux points de vue se dessinera une autre Bohème , présente et lointaine à la fois, étrange et familière, mais qui nous serait contemporaine. Une Bohème qui devient Mimi , prenant le nom de son personnage principal, tournant autour du mystère qu’elle recèle.Bastien Gallet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.