En ce moment, il y a des gens qui s’émerveillent de voir pousser une fleur sur leur balcon. Moi-même, je pourrais vous raconter que j’ai vu ce matin, à l’aube, une perruche se poser dans mon petit jardin, ce qui est vrai.

Gorillaz et Damon Albarn en concert au Palacio de los Deportes (Mexique) le 25 octobre 2018.
Gorillaz et Damon Albarn en concert au Palacio de los Deportes (Mexique) le 25 octobre 2018. © AFP / NOTIMEX /PHOTO / SPECIAL / COR / ACE

25 mars 2020 - Confinement Jour 9

Je suis sûr que vous éprouvez parfois aussi, comme moi, la rage d’être enfermé. Vous êtes forcément traversé par l’envie irrépressible de briser vos chaînes et de clamer à la face du monde que non, vous n’êtes pas un mort-vivant confiné. 

Alors je vous offre trois minutes environ de libération. Un cri non pas de colère mais une sorte de geyser de vitalité, où vous sentirez physiquement jaillir la rage de vivre. 

Vous connaissez sans doute Gorillaz, le groupe en dessin animé qu’a imaginé, il y a vingt ans déjà, l’Anglais Damon Albarn. Un musicien révélé dans les années quatre-vingt-dix, il animait un groupe phare de ce qu’on appelait alors la Britpop, Blur. 

Sur une base reggae, dub, funk, électro, Gorillaz part musicalement un peu dans tous les sens selon les chanteurs et rappeurs conviés. 

Là, Gorillaz vient de diffuser un tout nouveau titre et franchement, c’est un de ses meilleurs. Ça s’appelle Momentary Bliss , un moment de félicité, on pourrait dire. 

Albarn a convié deux boules d’énergie : slowthai, un rappeur du centre de l’Angleterre, un garçon qui a plutôt l’habitude d’évoquer des gamins désœuvrés reniflant de la colle dans des banlieues ternes, et aussi la voix du duo Slaves, Isaac Holmes, lui aussi un précipité de fureur qui, sur scène, un garçon crie debout derrière sa batterie. Et vous aurez l’impression que ces deux-là poussent à notre place un long cri d’exultation, comme pour défier la morbidité ambiante. 

Gorillaz, avec slowthai et Slaves, Momentary Bliss, un moment de sérénité pas exactement comme les autres.

Aller Plus Loin

🎧 ECOUTER | Dans la playlist de France Inter : Les Gorillaz ne sont jamais sur pause

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.