En ces temps imprévisibles, il y a quelqu’un qui reste fidèle à son légendaire esprit de contradiction : c’est Bob Dylan. Oui, parce que, sans crier gare, il vient, figurez-vous, de sortir de son confinement personnel.

Bob Dylan se produit sur scène lors de son concert au Shanghai Grand Stage le 8 avril 2011 à Shanghai, en Chine.
Bob Dylan se produit sur scène lors de son concert au Shanghai Grand Stage le 8 avril 2011 à Shanghai, en Chine. © Getty / Visual China Group

30 mars 2020 - Confinement Jour 12

Vendredi dernier, il a mis en ligne une longue rumination poétique, plus d’un quart d’heure, dont le titre est Murder Most Foul 

Une formule empruntée au premier acte de Hamlet, de Shakespeare, dans une scène où le fantôme du roi défunt révèle à son fils avoir été en fait empoisonné par son frère Claudius et parle d’un « meurtre des plus atroces ». 

Le meurtre en question, selon Dylan, c’est celui du président Kennedy, le 22 novembre 1963 à Dallas. La scène obsédante de cet assassinat ne cesse de défiler devant ses yeux tout au long de ce soliloque théâtral. 

Alors ce que Dylan cherche à éclairer d’une lumière violente, dans le rôle du sombre mage qui a toujours été le sien, c’est ceci : nous autres, générations successives qui avons été envoûtées par les musiques et les chansons, à la radio, notamment, nous qui avons découvert les Beatles, le festival de Woodstock, et tant d’autres sources d’émerveillement, eh bien nous avons toujours cherché à oublier que derrière tout ça il se cachait quelque chose de sinistre, de pourri, même. 

Les punks l’ont dit il y a plus de quarante ans mais que ce soit Dylan lui-même, aujourd’hui, au soir de son existence, qui vienne nous le confier, de sa voix lasse, au bord de la scène, une fois le rideau tiré et les lumières rallumées, eh bien ça a une résonance particulière. 

De cette récitation crépusculaire jaillissent parfois certaines de ces formules pleines d’humour noir dont il a le secret. Avant de céder la place au maître, je vous livre juste celle-ci :   

Je suis désolé de vous dire ça, Monsieur, mais il n’y a que les morts qui soient libres ».  

Aller Plus Loin

🎧 ECOUTER | Very Good Trip : Bob Dylan, crooner méconnu

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.