Après avoir joué un mois au Festival d’Avignon OFF, le duo franco-suisse composé de Noga et Patrick Bebey continue sur sa lancée et s’installe à partir d’octobre tous les lundis au Baiser Salé. Chanson puzzle, musique en liberté «La musique n’a pas de frontières… » dit-on volontiers. Une évidence lorsqu’on découvre Noga et Patrick Bebey.Elle est chanteuse, née en Suisse, issue d’une famille qui vient d’Israël avec des racines en Ukraine et en Allemagne, et lui est un multi-instrumentiste français, d’origine camerounaise. A priori, ils avaient peu de chance de se rejoindre un jour sur scène ! Et pourtant, la magie s’installe dès les premières notes. Leurs talents conjugués s’additionnent, s’entrecroisent, s’entrelacent, se répondent dans une parfaite harmonie. Pas de fusion au sens possessif du terme car ce duo défriche un vaste espace de liberté, chacun jouant sa partition pour enrichir l’autre de ses expériences artistiques.Noga, formée au classique et au jazz a chanté Kurt Weill et travaillé avec des virtuoses de l’art vocal comme Bobby Mc Ferrin et Rhiannon. Patrick, fils du grand musicien Francis Bebey, a notamment collaboré avec Miriam Makeba, CharlElie Couture, Papa Wemba, Lokua Kenza…Dotée d’un timbre aérien, volubile, cultivant un sens aigu de l’improvisation, Noga (a cappella ou au piano) chante en hébreu, français, anglais, en langage inventé, des compositions originales, des titres de Francis Bebey, de Birago Diop ou de son dernier album « Miel & Poivre ». Patrick, quant à lui, façonne un bel écrin sonore en l’accompagnant à la sanza, au xylophone, à la flûte pygmée et en créant des percussions originales sur des bouteilles et sur sa poitrine. Au fil de titres comme le magnifique « Stabat Mater », le désopilant « La guerre des poils », « Sankaya », « Les loups », « Mantra », ou encore « Briseur de joie », ils embarquent les spectateurs dans un homérique voyage musical, baptisé « Chanson puzzle », où chaque morceau se succède, s’imbrique pour composer une éclatante palette d’émotions. Le tout dans un « esprit jazz », même si le répertoire lorgne franchement du côté de la world, de la variété et des sonorités africaines.Et, si le propos est parfois grave (la condition féminine, le travail des enfants, le racisme…), les deux complices constellent leurs chansons de notes plus légères, redessinant un monde à leur image : généreuse, positive, empreinte d’espoir et d’humanisme.Spectacle musical ? Show ? Joutes sonores ? Cabaret ? Concert ? Ce « chanson puzzle » est tout cela à la fois et plus encore : la rencontre de deux artistes authentiques qui bousculent tous les clivages pour jouer avec la musique, les mots, les sons… et le public !

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.