Romain Didier, Jean Guidoni et Yves Jamait dans une création évoquant la vie et l'oeuvre d'Alain Leprest. mise en scène Gérard Moreltextes de Claude Lemesleproducteur Didier Pascalis

L’un des plus foudroyants auteurs de chansons entendus au ciel de la langue française… Claude Nougaro

On l’apparentait à un Baudelaire ou à un Rimbaud… Mais il refusait de se dire poète tant il était humble. Pour lui, la poésie se couchait sur le papier, se suffisant à elle-même, quand la chanson se proférait sur scène. Sa voix déchirante hissait son verbe sur des hauteurs chancelantes. À écouter ses mots, on devine l’être sublime auquel ses compères rendent aujourd’hui hommage , refusant obstinément de voir le génie de leur frère de plume glisser dans les oubliettes de la mémoire. Reprenant le titre d’une des chansons d’Allain Leprest, Où vont les chevaux quand ils dorment ? incarne ce désir salutaire d’escorter le chanteur sur la voie de la postérité, le succès l’ayant délaissé, lui préférant d’autres, moins ennemis de la compromission.

On retrouve ici quelques-unes des plus belles chansons du répertoire français , interprétées par ceux qui ont connu le chanteur, qui l’ont aimé aussi : Romain Didier, le fidèle compositeur, Jean Guidoni et Yves Jamait, déjà présents sur un opus rendant hommage à l’artiste de son vivant, chez Leprest. Sa mort et, avant tout, sa vie s’insinuent entre les chansons : l’atmosphère du bistrot et toute l’inspiration puisée là, la douleur digne qui arracha à l’ami Claude Lemesle, lors de ses obsèques en 2011, un texte puissant à l’origine de l’écriture du spectacle . Le metteur en scène Gérard Morel concilie ainsi chant et jeu, humour délicat et émotion ténue. Gageons que les admirateurs de Leprest trouveront ici matière à se délecter et que les autres auront la chance de découvrir l’une des plumes les plus marquantes de la chanson française.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.