Un crescendo de cordes qui accompagne la montée du désir et un texte qui, selon ce qu'on veut bien entendre, célèbre le coup de foudre ou la rencontre d'un chanteur avec son public.... "Il n'est pas de hasard, il est des rendez-vous"

Etienne Daho
Etienne Daho © AFP

Sa chanson préférée

Étienne Daho le dit sur scène. Il le dit dans les interviews : Ouverture, avec San Antonio de la Luna, "sont deux des plus belles chansons que j'ai chantées. Et 'Les Valentins', des chansons comme ça, ils en ont plein leurs poubelles. Moi, j'ai compris : pour le prochain album, je fouille dans leurs poubelles (rires)..." (Les Inrocks - 18/04/00)

Ces deux pépites figurent sur le même album, Corps & Armes, sorti en 2000. 

Ce 7ème opus arrive quatre ans après Eden, le mal aimé, l'incompris, tout du moins à l'époque. Avec cet album sombre, voire dépressif, plus électro que pop, Daho avait dérouté son public.

L'album suivant sera donc à l'opposé : simple, mélodique et acoustique. Daho semble vouloir "imaginer de nouveau la chanson française" (Les Inrocks - 18/04/00).

Le chanteur retrouve pour l'occasion Les Valentins (Jean-Louis Piérot et Edith Fambuena), avec qui il collabore régulièrement depuis qu'il a produit leurs premiers singles quelques années auparavant. Il "s'enferme" avec eux à Ibiza pour écrire et composer, puis s’installe à Londres à l'automne 1999 pour enregistrer.

L'amour, toujours l'amour

Secret Étienne Daho ? Certainement pas. Comme il le dit, en substance, dans le feuilleton que vous écoutez cet été sur France Inter : Daho, fan de pop, il dit tout dans ses chansons. Ses textes lui sont inspirés par ce qu'il vit. 

Au moment de l'écriture de Corps & armes, Étienne est tombé amoureux. L'album raconte donc une rencontre amoureuse, depuis le coup de foudre initial d'Ouverture jusqu'aux retrouvailles apaisées de San Antonio de la Luna, en passant par les tiraillements des Mauvais Choix et la séparation transitoire de La Baie.

Ouverture, c'est donc le coup de foudre. Une chanson lumineuse, magnifiée par des arrangements signés Wil Malone. Compositeur et arrangeur, Wil Malone a travaillé avec Massiv Attack ou The Verve. Ses arrangements renforcent l'élégance de certaines mélodies. Et dans Ouverture, on touche au sublime ! Le texte est transcendé par la mélodie.

Il n'y a pas de refrain dans cette chanson. C'est une montée en puissance. Un crescendo emmené par les cordes, rythmé par la batterie et qui s'achève en apothéose sur la guitare d'Edith Fambuena.

Et plus tu t'ouvres à moi, et plus je m'aperçois, que lentement je m'ouvre

Naissance du sentiment, naissance du désir jusqu'au plaisir charnel, il y a tout ça dans les mots de Daho. Il y a des emprunts également.

Il n'est pas de hasard, il est des rendez-vous

Emprunt à Paul Eluard, mais légèrement remixé, la phrase initiale étant : "Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous"

Dans son texte, Daho fait une description quasi mystique de la foi que l'on peut avoir en l'amour.

L'aventure belle et pure, celle qui nous révèle, superbes et enfantins, au plus profond de l'âme

Il n'est donc pas étonnant qu'Ouverture soit devenue l'une des chansons les plus utilisées dans les mariages pour ouvrir le bal... Dans cette liste non exhaustive, on trouve notamment I will always love you (Whitney Houston), Time of my life (Dirty Dancing), Make You Feel My Love (Adèle) ou Can you feel the love tonight (Elton John - Le roi lion).

Une destinée qui n'est pas pour déplaire au chanteur : "Ouverture était aussi un titre tourné vers les autres que beaucoup de jeunes gens choisissent comme thème de cérémonie de mariage. Ça me plaît énormément" :

La fonction d'une chanson est d'être kidnappée par le plus grand nombre, de s'échapper dans les rues

On peut aussi voir dans ce texte la métaphore de la rencontre avec le public. Un procédé déjà utilisé par Barbara dans Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous

Il n'est pas de hasard,
il est des rendez-vous,
pas de coïncidence
Aller vers son destin,
l'amour au creux des mains,
la démarche paisible
Porter au fond de soi,
l'intuition qui flamboie,
l'aventure belle et pure
Celle qui nous révèle,
superbes et enfantins,
au plus profond de l'âme
Porté par l'allégresse,
et la douceur de vivre,
de l'été qui commence
La rumeur de Paris,
comme une symphonie,
comme la mer qui balance
J'arrive au rendez-vous,
dans l'épaisse fumée, 

le monde me bouscule
Réfugié dans un coin
et observant de loin
la foule qui ondule
Mais le choc imminent
sublime et aveuglant
Sans prévenir arrive
Je m'avance et je vois,
que tu viens comme moi,
d'une planète invisible
Où la pudeur du cœoeur,
impose le respect
la confiance sereine
Et plus tu t'ouvres à moi
et plus je m'aperçois
que lentement je m'ouvre
Et plus je m'ouvre à toi
et plus je m'aperçois
que lentement tu t'ouvres
Il fut long le chemin
et les pièges nombreux
avant que l'on se trouve
Il fut long le chemin
les mirages nombreux
avant que l'on se trouve
Ce n'est pas un hasard,
c'est notre rendez-vous
pas une coïncidence.

Aller + loin

(RÉ)ECOUTER | L'invité de 7h50 par Léa Salamé

(RÉ)ECOUTER | L'Heure bleue de Laure Adler

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.