France Inter en direct le 19 juillet, Et la caravane passe de 18h à 19h et le jeudi 19 juillet avec le concert Stephan Eicher

Derrière les chênes monumentaux Sting, The Cure, Manu Chao, Lenny Kravitz ou Garbage, se cache une forêt d’artistes passionnants.

Et cette forêt est d’abord anglaise ! L’énergie débordante de Bloc Party, le pop rock vigoureux des Kooks, la sève sexy des Kills et l’élégance 60’s de Miles Kane abriteront de leur feuillage les enthousiasmants arbustes et jeunes pousses qui ne manqueront pas de se faire leur place au soleil du Festival : de Bon Iver et sa pop boisée, à Hanni El Khatib et son retour aux sources blues du rock, en passant par Warpaint, racines profondément ancrées dans le terroir folk psyché, le folk d’Other Lives , tantôt intimiste, tantôt orchestral, Kurt Vile & The Violators, épatant songwriting dans le prolongement de Dylan, Springsteen et Young ou le math rock infusé dans les Beach Boys des étonnants Helvètes Honey For Petzi, les essences sont multiples et engagent à l’exploration. C’est un large éventail de savoir-faire rock que la France nous présente cette année avec en tête Dionysos et son opéra rock, l’électro rock spatial de M83 ou le swing manouche de Caravan Palace. Mais aussi les bourgeons ludiques de GaBLé, le pop rock de Skip The Use – festif – et Rover – puissant. Forts d’un succès remarquable dans notre pays et au-delà, ces Suisses ne sont pas en reste : 77 Bombay Street, usine à tubes pop folk, Boy, brillant duo folk ou Anna Aaron, songwriting rock habité, ne sont qu’un échantillon d’une pépinière bien plus vaste : Peter Kernel, Monoski, Widdershins, The Deadline Experience ou mmmh! seront à découvrir.

Les soirées s’annoncent chaudes puisqu’aux côtés des locomotives électroniques que sont David Guetta et Justice, les planches vibreront sous les assauts de Chinese Man, puissants beatmakers marseillais, de la techno house d’Agoria et des turntablists entre hip hop et electro C2C. Sans oublier les inventifs Helvètes de Buvette – électro beach pop, Xewin – electro dancefloor, The Phat Crew – électro trash ou Shake it Maschine – dubstep techno.

Dominique A
Dominique A © Franck Lorion

Bénabar est l’un de ces artistes qui a crû avec le Festival, arpentant à chaque venue une scène plus imposante. Aujourd’hui parmi les grands de la chanson, il partagera l’affiche avec l’illustre Hubert-Félix Thiéfaine, plus en forme que jamais, Thomas Dutronc et ses chansons manouches à l’écriture fine, l’élégante Camille, le classieux Dominique A , entre rock et chanson à textes ou Brigitte, nouvelle vague du genre en forme de duo décalé.

Le reggae sera fièrement représenté cette année par les Californiens roots de Groundation , la prodigieuse Hollie Cook, dans une déclinaison dub et les revenants Raggasonic, dans le plus pur style ragga. Irma et Imany jetteront quant à elles des ponts délicats, entre rythmiques chaloupées et songwriting folk. Avec le rappeur OrelSan et ses tubes percutants, le hip hop vient peaufiner le volet groove de cette affiche : 1995, rap français old school, Theophilus London éclairant des Smiths ou de Kraftwerk le rap new-yorkais, A State of Mind et son rap cuivré de funk seventies, Blitz The Ambassador, afro rap ou La Gale, rappeuse Libano-suisse, dans un style electro vintage.

Le Moyen-Orient à l'honneur au Village du Monde :

Pour sa 10e édition, après avoir sillonné les cultures de la planète, le Village du Monde fait escale en 2012 au Moyen-Orient, de l’Iran à l’Irak, de la Palestine au Liban, de la Turquie à l’Egypte en passant par Israël et la Syrie. Au menu musical de ce festival dans le Festival, tradition, électro, jazz, rap et rock. Dans une coutume revisitée, Natacha Atlas rapproche les musiques d’Orient et d’Occident, tandis que Trio Joubran et ses facteurs de ouds et virtuoses perpétuent les musiques traditionnelles arabes. Mais le Village du Monde rime tout autant avec la modernité, celle de Balkan Beat Box et sa musique électronique survoltée ou celle d’Omar Souleyman, fantasque Syrien. Deux célèbres jazzmen nous feront l’honneur de leur présence, Ibrahim Maalouf et Avishai Cohen. Le pop rock de Mashrou’ Leila et le projet spécial Jack Is Dead & son Orchestre Iranien mêlant rock bluesy aux sonorités traditionnelles iraniennes s’inviteront sur l’Asse et présenteront une facette électrique du Village. En chantres de la paix entre les peuples, les rappeurs Palestiniens DAM égraineront leur punchlines dans un hip hop orientalisé.

Maxim Vengerov, l’homme au Stradivarius C’est un événement pour le Festival. Maxim Vengerov, nouveau conseiller de l’International Menuhin Music Academy de Coppet présentera dimanche trois oeuvres pour ensemble à cordes de Tchaïkovski, Massenet et Ravel, jouant sur son mythique violon tout en dirigeant la Camerata Menuhin.

Thomas Dutronc - Dionysos
Thomas Dutronc - Dionysos © Anne Colliard - Boris Soula

Mais aussi... Le tour d’horizon prend fin le sourire aux lèvres avec les spectacles d’humour de Kev Adams, la air comédie musicale des loufoques Airnadette et "Les Franglaises", traductions francophones littérales et hilarantes des standards du rock anglo-saxon par Les Tistics.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.