Une play-list de 33 titres qui résument l’essentiel du répertoire de France Gall.

France Gall
France Gall © AFP / JACQUES DEMARTHON

Née Isabelle Gall, elle enregistre son premier disque en 1963 à l’âge de 16 ans sous le nom de France Gall à l’incitation de son père Robert Gall, chanteur et auteur (notamment pour Édith Piaf et Charles Aznavour).  Serge Gainsbourg lui confectionne la plupart de ses succès de la décennie 60 : « N’écoute pas les idoles », « Teenie weenie boppie », « Nous ne sommes pas des anges », « Les sucettes, « Baby pop », « Laisse tomber les filles » et surtout « Poupée de cire, poupée de son » qui la conduira à remporter le premier prix du 10ème concours Eurovision de la chanson sous la bannière luxembourgeoise. 

Sa rencontre avec Michel berger au début des années 70 sera déterminante pour la suite de sa carrière

Il deviendra son époux mais aussi son auteur-compositeur attitré. Ses albums génèreront une succession de tubes devenus désormais des classiques de la chanson : « La déclaration d'amour », « Comment lui dire », « Musique », « Si maman si », « Viens je t'emmène », « Il jouait du piano debout », « Diego libre dans sa tête », « Résiste », « Cézanne peint », « Débranche », « Babacar », « Ella, elle l'a »… 

Le décès de Michel Berger en 1992 et de leur fille Pauline cinq ans plus tard la décideront à mettre un terme à sa carrière de chanteuse, n’apparaissant que sporadiquement à la télévision à l’occasion d’hommages rendus à Michel Berger.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.