Une playlist de 40 titres qui survole les succès de la première décennie de la longue et riche carrière de Johnny Hallyday.

Johnny Hallyday
Johnny Hallyday © AFP / LOUIS JOYEUX / INA)

De 1960, année de son premier succès « Souvenirs, souvenirs », à 1969 qui a vu naître « Que je t’aime », il a fait sien toutes les modes musicales qui se sont succédées tels le rock, le twist, qu’il a lancé en France, et le mashed-potatoe

Johnny n’a pas seulement cédé aux courants musicaux en vogue, il les a souvent précédés en s’adonnant au rock’n’roll, à la pop, au rhythm and blues, à la soul et au rock psychédélique, sans oublier le blues, la variété et la country, des styles dont il tirera de grands succès. 

Johnny appartient à la génération dite « yéyé » (expression créée par le sociologue Edgar Morin dans les colonnes du journal Le Monde  au lendemain du concert organisé par le magazine « Salut les copains », place de la Nation, à Paris, en février 1961) aux côtés des Chaussettes Noires, des Chats Sauvages, de Richard Anthony, de Frankie Jordan… 

S’il n’hésitait pas à adapter de nombreuses chansons du répertoire américain, comme la plupart de ses coreligionnaires, Johnny Hallyday n’en rencontrait pas moins de succès avec des chansons 100% made in France (Douce violence, Retiens la nuit, Pour moi la vie va commencer, Cheveux longs, idées courtes, _Que je t’aime_...). 

Le parcours artistique de « l’idole des jeunes », durant ses dix premières années, s’est construit comme un roman dont chaque épisode de sa vie était abondamment suivi, commenté, scruté et défrayé par la presse, faisant de lui un personnage emblématique des années 60. Ainsi la presse a-t-elle pu épiloguer à longueur de colonnes sur son service militaire en Allemagne, son mariage avec Sylvie Vartan, la naissance de leur fils David, la gué-guerre Antoine/Johnny, ses concerts démesurés du Palais des Sports... 

Et nous n’évoquons là que les années 60 ! 

Aller plus loin 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.