La musique sur Inter suscite beaucoup de fantasmes, de réactions, d’interrogations. C’est d’ailleurs, après l’info, ce qui interpelle le plus les auditeurs. Un genre en particulier cristallise particulièrement les agacements : le rap ou, dans une acceptation beaucoup plus institutionnelle, les musiques dites urbaines.

Ne pas jouer du rap sur France Inter, c'est passer à côté d'un phénomène de société qui dure depuis plus de 30 ans déjà
Ne pas jouer du rap sur France Inter, c'est passer à côté d'un phénomène de société qui dure depuis plus de 30 ans déjà © Getty / South_agency

« Vulgaire », « grossier », « violent », « disharmonieux » … sont les commentaires que l’on peut recevoir à l’égard des artistes de rap joués dans la playlist de France Inter. Jocelyn Perrotin, directeur de la Musique à France Inter et Rebecca Manzoni, chroniqueuse musicale, étaient les invités de la médiatrice de Radio France. Ils ont notamment pu apporter une réponse à cette question qui revient souvent : 

Pourquoi vous passez des chansons de rap sur France Inter ? 

"Aujourd’hui, ce qu’on appelle la « pop urbaine » représente 60 % du marché en France" nous rappelle Jocelyn Perrotin. 

"Alors je tiens à rassurer les auditeurs, on ne va pas devenir une radio hip-hop, cela reste quand même à dose homéopathique*." 

* NDLR : La playlist de France Inter : 80 titres dont 11 sont du rap (4 en international), soit 13% 

Jocelyn Perrotin y tient. Pour lui, France Inter doit montrer que la station est dans l’air du temps, que c’est un réceptacle de ce qu’est la société aujourd’hui. Pour Rebecca Manzoni, la querelle anti-rap revient à la même chose que celle qui avait opposé nos parents et nos grands-parents sur le rock. 

Il y a la même condescendance vis-à-vis du rap que celle qu’il y avait quand nos parents écoutaient du rock. 

Pour la journaliste, il faut réécouter Under my Thumb des Rolling Stones. Quand on parle de violence, ou de vulgarité dans le rap, cette chanson par exemple dit "cette fille est sous ma coupe, je la mène à la baguette etc… Pour ce qui concerne la misogynie, le rap n'est clairement pas précurseur sur le thème malheureusement. 

Le rap en France c’est quoi d’ailleurs ? Pourquoi cette vision ? 

Le premier groupe qui va émerger sur la scène médiatique en France, c'est NTM. Et le moins qu'on puisse dire c'est que c'est aussi une image du rap qui va éclore avec eux : le cliché des jeunes de banlieues et leurs problèmes. Pourtant dans son premier album, NTM ne parle pas de banlieue, ni de "caillera", c'est juste une proposition artistique. Mais le groupe n'aura jamais une position claire là-dessus, et s'amusera toujours de sa figure emblématique des "racailles".  

Pendant toutes les années 1990 plane un malentendu : artiste et rappeur seraient deux propositions antinomiques. 

À la même période, sort un album : Prose Combat de MC Solaar. Un million d'exemplaires vendus, deux Victoires de la Musique. "Une oscillation élégante entre commentaire social et tranches de vie, portée par un amour éternel pour la mélodie des mots" comme le rappelle le webdoc "Prose Combat, histoire d'un classique.

Le rap est-il uniquement associé aux problèmes des banlieues ? 

Pendant que le grand public ne voit que les pionniers (NTM, IAM...), la scène alternative n’est pas mise en avant, et ce notamment parce qu’ils n’ont pas ce discours de banlieue. La crédibilité du rap, à la fin des années 1990, pour beaucoup, c'est venir de la rue, avoir des revendications sociales, "avoir la haine"... Et pour autant, il y a aussi des rappeurs qui viennent de milieux plus aisés, et qui ont aussi envie d'exister (Le Klub des Loosers, TTC, Stupeflip…). 

Le rap c’est pas grave

Ces mots sont de TTC. Pour la première fois, est revendiqué le fait qu'on peut aussi s’amuser avec le rap. A l'époque, on leur reproche d'ailleurs leur « manque de sincérité ».  Mais force est de constater que ces groupes dit "alternatifs" ont fait des émules : de Orelsan à Roméo Elvis, en passant par Colombine ou encore 1995

Les facettes du rap sont multiples. C'est aujourd'hui le genre le plus écouté en France et on le voit, il peut être tantôt rageur, reflet de la société ou pur égo-trip, nuancé et poétique, introspectif, ou simplement festif. Ou tout ça à la fois. 

Le fait est que son histoire, rien que pour la France, c'est plus de 30 années d'existence, il serait donc dommage de s'en tenir aux clichés. 

Aller plus loin

Écouter | Une autre histoire du rap français : pour en finir avec les idées reçues

Écouter | 27 mai 1990, Rocé se souvient de la sortie de la première compilation de rap français : Rapattitude

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.