Un printemps de Bourges en été dans une version covid compatible sans passe sanitaire, c'est le défi que ce sont lancés les organisateurs de cette édition pas comme les autres. Plusieurs petits lieux de moins de mille personnes ont permis à 15 000 personnes de revenir voir les artistes à l'affiche.

Jean-Louis Aubert était l'une des têtes d'affiche de ce Printemps de Bourges en été
Jean-Louis Aubert était l'une des têtes d'affiche de ce Printemps de Bourges en été © AFP / Guillaume Souvant

En temps normal, ce sont près de 100 000 festivaliers qui se réunissent à Bourges lors du Printemps. L’enjeu de cette 45e édition du Printemps de Bourges n’était donc pas le remplissage des salles mais le retour à une ambiance proche de la normale. Mission accomplie pour Boris Vedel, le directeur du festival : "C’est une édition étonnante dans son format. Nous avions comme but d’accueillir tous les artistes et les professionnels. Certains ne s’étaient pas vus depuis presque deux ans. La plupart se sont vus en 2019 aux Transmusicales de Rennes, c’est une situation improbable. Il était temps qu’on se retrouve !"

Coté programmation, cette édition du Printemps aura impressionné par ses deux créations. Tout d’abord un hommage à Prince par Jeanne Added au Théâtre Jacques Cœur. Un répertoire revisité en jazz par la chanteuse et son ami pianiste du conservatoire, Bruno Ruder. Les arrangements libres, la simplicité de la scénographie et la justesse infinie de la voix Jeanne Added lui ont valus une standing ovation méritée. Elle qui avait déclinée par deux fois l’invitation du festival a remercié sur scène le Printemps pour avoir finalement insisté.

"Jeanne Added a été saisissante de talent" nous confie Boris Vedel : "Elle a attaqué l’inattaquable, mais elle y est parvenue et c’était presque une actrice sur scène, c’était impressionnant !"

La création de Jeanne Added au Printemps de Bourges autour des chansons de Prince
La création de Jeanne Added au Printemps de Bourges autour des chansons de Prince © Radio France / Mathieu Culleron

"Ne laissez pas tomber vos artistes !"

L’autre création autour de l’album culte Dummy de Portishead à la cathédrale vendredi soir fut l’autre grand temps fort de cette 45e édition du Printemps de Bourges. Sous la direction artistique de Yann Wagner accompagné par la cheffe d’orchestre Uèle Lamore, cinq chanteurs ont revisités les titres de Beth Gibbons : Lou Doillon, Malik Djoudi, Sandra Nkaké, Victor Solf, et Silly Boy Blue resteront dans l’histoire du festival tant leurs prestations furent belles et puissantes.

Coté découverte, c’est le chanteur francilien Annael qui remporte le prix du Printemps de Bourges des Inouïs. Vikken repart lui avec le prix du jury.

Le printemps de Bourges lance donc la saison des festivals après des mois de restrictions. Cependant le public semble bouder les grandes manifestations qui pour l’instant constatent une certaine difficulté à vendre des tickets, principalement à cause du passe sanitaire. Boris Vedel tient à lancer un appel en ce dernier jour de festival : "Les artistes et organisateurs ont osé et fait l’effort de participer aux grandes manifestations de l’été, il serait complétement dingue que les festivaliers ne répondent pas à cet appel. Allez-y ! Ne laissez pas tomber vos artistes ! Ils vous attendent ! C’est essentiel d’être là pour eux !"