Jeanne Balibar sera (presque) Barbara dans le prochain film de Mathieu Almaric. Dans l’émission Boomerang d’Augustin Trapenard, elle a rendu un joli hommage à la chanteuse.

Barbara
Barbara © AFP / LOUIS JOYEUX / INA

Jeanne Balibar s’apprête à vous couper le souffle dans l’anti-biopic Barbara, le film de Mathieu Amalric, présenté dans la sélection Un certain regard au Festival de Cannes, qui sort en salles le 6 septembre.

Après avoir défini le bon acteur : "celui qui accepte de montrer qu’il tremble", Jeanne Balibar a expliqué à Augustin Trapenard qu’elle s’était préparée pour ce rôle en écoutant surtout les tonalités des chansons de Barbara.

En fin d’émission, elle a utilisé la carte blanche, ce moment laissé au choix de l’invité, pour dire la chanson Femme-piano-lunettes de Barbara. Auparavant, elle a avoué que ce choix lui avait était soufflé par Mathieu Amalric :

Ecoutez Jeanne Balibar

► Écouter Boomerang avec Jeanne Balibar

Femme-piano-lunettes

Barbara écrit cette chanson autobiographique pour le concert au Châtelet de 1993. C'est l'une de ses dernières. Elle ne figure dans aucun album studio. Elle raconte en peu de mots et avec beaucoup d’humour comment la chanteuse se voyait.

  • Femme : Barbara se voyait avant tout comme une femme qui... chante.
  • Piano : de son instrument elle disait qu’il était "son île, son vaisseau, son plus vieux compagnon". Son autobiographie s’appelle d’ailleurs Il était une fois un piano noir.
  • Lunettes : c’est le clin d’œil de l’artiste à sa myopie légendaire.

Cette chanson qu’elle interprétait en parlé-chanté montre aussi le côté "guerrière" de Barbara :

Homme, touche pas mon piano, Touche pas mes remparts, Touche pas mes lunettes, Touche pas mon regard, Touche pas ma roulotte...

Surtout, il pointe son humour légendaire, et son sens de l’autodérision qui transparaissait à chacun de ses concerts où elle jouait avec son public.

Ecoutez Barbara

►REECOUTER I Le concert hommage à Barbara au Printemps de Bourges en 2017

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.