Samedi 3 décembre : Fêtes de deuil et de renaissance (Colombie)

Le groupe Punta Candela est originaire de la côte caraïbe de la Colombie. Ses neuf membres interprètent les classiques de l’héritage musical afro-colombien, tout en développant des compositions originales qui viennent enrichir leur patrimoine ancestral. Pour leur concert à la Cité de la Musique, ils présentent des musiques rituelles et des danses funéraires.La danse du bullerengue est née dans les communautés marrons de la Caraïbe colombienne. Accompagnée par les chants d’un soliste et d’un choeur ainsi que par des tambours et des claquements de mains, elle symbolise la fertilité féminine et rend hommage aux défunts.Quant au lumbalú, une danse originaire du territoire marron de Palenque de San Basilio, il rythme les veillées funéraires en permettant aux proches du défunt d’exprimer leur douleur et d’accompagner l’être cher vers l’autre monde.

Dimanche 4 décembre : à 11h, concert en famille

Dans la tradition afro-colombienne, la musique fait partie du quotidien. Adultes et enfants chantent pour faire la fête, travailler et prier les ancêtres. L’ensemble Punta Candela interprète avec chaleur le bullerengue , joyeux et énergique, et le lumbalù , destiné aux veillées funèbres.Chanteuse, choristes et percussionnistes invitent le public à découvrir les instruments traditionnels et à partager le plaisir du chant et de la danse.Tarif concert seul : 8€Autour du concert : Atelier musical en famille à 9h30La Colombie en fête Les musiques de la côte atlantique colombienne gravitent principalement autour du tambor alegre . De ce joyeux instrument naissent des danses, des chants et des rythmes festifs dont le public s'imprègne pour mieux saisir cette culture.Intervenants : Natalia Parrado et Tato Marenco Tarif concert + atelier : 10€ enfant/ 12€ adulteInformations et réservations au 01 44 84 44 84

Dimanche 4 décembre, 16:30 : Kan'nida et la famille Geoffroy

Nous offrons des places pour le 4 décembre aux dix premiers auditeurs qui nous enverrons un mailen précisant dans l'objet "Cité de la musique" àl'adresse de l'émission : afriqueenchantee@radiofrance.com !! Le concert est à l'heure de l'émission, mais l'ambiance facile est réécoutable en ligne pendant 15 jours !

Après l’abolition de l’esclavage en 1848, de nombreux Congolais vinrent travailler en Guadeloupe, où leur intégration fut difficile. La famille Massembo fait partie de celles qui surent transmettre les cérémonies sacrées de leur passé : Marie-France Massembo fait revivre aujourd’hui le rituel en l’honneur des ancêtres nommé « Grappe a Congo », qui se déroule chaque année à la Toussaint, le 1er novembre, selon une préparation réglée et codifiée. C’est tout un répertoire de chants, sur des rythmes de danse spécifiques, que l’on entend pour l’occasion, avec des mots en langue bantoue.Les chants de veillée mortuaire sont une autre grande tradition guadeloupéenne. Sergius Geoffroy, disparu prématurément, était considéré comme l’un des grands maîtres de ce rituel funéraire d’où la joie et la fête ne sont pas bannies. Son art se perpétue au sein de la famille Geoffroy.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.