Et Elvis entendu de France, ça donnait quoi ? Le king a influencé toute une génération de frenchies. Mais le seul concert qu'il donna à Paris fut très très privé...

Elvis Presley en conférence de presse à Paris, 18 juin 1959
Elvis Presley en conférence de presse à Paris, 18 juin 1959 © Getty / Keystone

Suite et fin de notre mini série, "Il était une fois Elvis". Pour ce dernier article, intéressons-nous au phénomène par le prisme français. En fin d'article, retrouvez la play-list concoctée par RF8 et consacrée à Elvis Presley et la France.

1954. Elvis Presley chante "That's all right" . Ce jeune camionneur à la voix d'or, fan de blues, de gospel et de country, enfante du rock 'n' roll. Il ne l'a pas inventé. Bien d'autres artistes pourraient revendiquer la paternité de ce style musical. Elvis, lui, a incarné le rock. Il avait la voix et le scandale jusque dans les hanches . A cette époque, il ne choque pas que l'Amérique, mais aussi l'Europe occidentale. John Lennon dira lui même que s'il n'y avait pas eu Elvis, il n'y aurait pas eules Beatles . Et si l'Europe découvre Elvis, ce n'est pas vraiment grâce au King lui-même. Aurait-il mis un pied dans sa vie sur le vieux continent si le service militaire ne l'y avait pas obligé ?

Album - Le retour d'Elvis
Album - Le retour d'Elvis © RCA - Victor

La France de 1954

La France, au milieu des années 50, n'est pas à proprement parler un pays très rock . René Coty est président de la République et, si nous ne sommes plus officiellement en état de guerre contre l'Allemagne, nous nous battons en Indochine et en Algérie.L'abbé Pierre se bat contre le froid meurtrier qui s'abat sur le pays. Simone de Beauvoir reçoit le prix Goncourt pour "Les Mandarins" . Les Français mâchent les premiers carambars et découvrent la FNAC.

Le paysage musical est composé d'artistes comme**Luis Mariano, Mouloudji, Trenet, Piaf, Aznavour, Brassens, Bécaud, Brel, Annie Cordy, Gréco... Le jazz s'installe avec l'appui de gens comme Eddie Barclay qui édite"Jazz magazine" et importe les premiers 45 tours. Pour se fournir en disques venu des Etats-Unis, il faut se rendre sur les Champs Elysées, chez Sinfonia qui deviendra par la suite Lido Musique . Le premier disque d'Elvis "made in France" arrive deux ans après les débuts de la star, et ce grâce à RCA, qui presse le disque dans son usine de Tourouvre. Et sinon, il faut se tourner vers la toute jeune station de radio Europe n°1** pour écouter le King, dès 1955.

Comme aux Etats-Unis, le rock n'est pas forcément bien vu des adultes. Par contre la jeunesse le plébiscite. Partout, on le copie. Partout, Elvis lance des vocations. La génération d'avant n’avait rien vu venir et les guitares s’apprêtaient à tirer sur les violons. Mais la route est encore longue...

Henry Cording, premier rockeur français ?

Le premier artiste de rock français qui reprend un titre d'Elvis s'appelle Henry Cording . Si, si, on vous promet. Henry Cording and his original Rock and roll boys . Leurs titres s'intitulent "Rock and Roll-Mops ", "Dis-moi que tu m'aimes rock ", "Rock-hoquet " et "Va te faire cuire un oeuf, man !".

Derrière ce projet se cachent Henri Salvador, Boris Vian et Michel Legrand . Et ils affichent un mépris certain pour ce genre musical nouveau et pour celui qui l'incarne, Elvis Presley. Ironie du sort, ils resteront dans l'histoire de la musique française comme les premiers rockers bleu-blanc-rouge. A croire que la France démarre parfois ses révolutions par des pastiches...

La bande du Golf-Drouot

Eux ont grandi avec Elvis, c'est les jeunes de la bande du Golf-Drouot , première discothèque rock de Paris mais qui en 55, était un salon de thé avec un mini golf et un juke box. Johnny Halliday, Eddy Mitchell, Dick Rivers, Jacques Dutronc , et tant d'autres s'y produiront. Retenons Johnny qui sera le seul Français à se produire pour un titre sur le label Sun avec "Blue Suede Shoes".

Johnny Halliday - "Sur la route d'Elvis" de Patrick Mahé (éditions Grasset)

Le flash... La certitude aveuglante que, moi aussi, je suis né pour chanter du rock 'n' roll. Elvis me montre la voie.

Quand Elvis Presley chante la première fois, Johnny a 11 ans et se produit déjà dans des spectacles country. Mais il attendra d'en avoir 16 pour être le premier représentant officiel du rock en France, avec son premier titre "Laisse les filles" . Dans l'émission télé "L'école des vedettes" , sa marraine Line Renaud le présente comme français et américain et surtout comme un jeune homme très timide. La voie est désormais ouverte pour le rock français, de Johnny Halliday à Mustang etRadio Elvis , en passant par Daniel Darc .

Dick Rivers, Nouvel Observateur du 9 août 2012, à propos de sa recontre avec le King

J'étais comme Bernadette Soubirous à Lourdes... Je ne suis pas croyant mais c'était pour moi comme voir le Bon Dieu.

Elvis reprend les Français

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Elvis Presley a chanté des chansons écrites à l'origine par des Français. La plus célèbre, c'est "My Way" : l'adaptation d'une chanson de Claude François par Paul Anka , "Comme d'habitude", qui date de 1967. Elvis reprend une autre chanson de Claude François : la version française intitulée"Parce que je t'aime mon enfant"devient"My Boy" . Adaptée par Phil Coulter et Bill Martin , elle apparaît sur l'album "Good times" en 1973.

Gilbert Bécaud et Michel Fugain auront les honneurs d'être repris par la star avec les titres "Et maintenant" qui deviendra "What now my love" . "Je n'aurai pas le temps" , adapté par Carl Sigman devient "If I only had time" , popularisé par John Rowles et repris par Elvis.

La nuit où Elvis chanta à Paris

Si l'on étudie le planning des concerts du King, on se rend vite compte qu'il ne tournait qu'aux Etats-Unis. Aucune date de tournée n'est passée par Paris. Et pourtant, entre 1959 et 1960, Elvis se rend à Paris trois fois. Il est alors en service militaire en Allemagne. Si ses activités dans la capitale consistaient en grande partie à faire la tournée des Grands Ducs, Elvis va chanter au Casino de Paris pour une poignée de privilégiés. Et si aucun enregistrement ne subsiste de cette évènement, il fut relaté par ceux qui l'ont vécu. Line Renaud se produit au Casino de Paris avec la revue "Plaisirs" . A la fin du show, Elvis qui était présent dans la salle, rejoint les loges des artistes. Il va y improviser un "boeuf" qui durera jusqu'au petit jour, armé de la guitare de Loulou Gasté et accompagné du Golden Gate Quartet . Line Renaud, Loulou Gasté, leur chaufeur, l'habilleuse, le concierge du Casino et deux amis d'Elvis seront cette nuit là son seul public...

►►► ECOUTER | Découvrez la play list RF8 consacrée à Elvis et la France

Merci aux équipes de la Discothèque de Radio-France pour leur contribution à cet article. Merci également à Thierry Dupin, programmateur musical de France Inter, pour ses lumières et ses pépites musicales.

Allez plus loin__

►►► Il était une fois Elvis épisode 1

►►► Il était une fois Elvis épisode 2

►►► Pop & Co : Elvis Presley

►►► Elvis raconté par Frank Bertrand

►►► France Culture, La grande traversée : Elvis Presley

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.