Cette chanson est une promesse d'amour et de mélancolie, comme seule la chanson italienne en offre au public. "Sapore di Sale" de Gino Paoli, sortie en juillet 1963 et évoquée par Sébastien Laudenbach pour "Ciné qui chante" peut (re) devenir la bande-son d'une romance d'été.

De nombreuses histoire d'amour sont nées sur "Sapore di Sale"' de Gino Paoli
De nombreuses histoire d'amour sont nées sur "Sapore di Sale"' de Gino Paoli © Getty / Kurt Hutton

« Qu’est-ce que t’évoque Gino Paoli ? », ai-je demandé à une amie italienne, moi qui ne connaissait que les Umberto Tozzi, Eros Ramazotti, Al Bano & Romina Power, ou autre Ricchi et Poveri… Sa réponse fut la suivante :

C’est l’amour et la douceur, c’est mon enfance. Ma mère l’écoutait. Ses chansons et ses paroles étaient belles...

Une madeleine de Proust en quelque sorte. 

Gino Paoli, l'amour, l'Italie et les années 1950

Gino Paoli est un artiste vénéré en Italie pour ses propres chansons comme les adaptations de Brel ou de Ferré qu'il signe. Et si il a fait, par la suite, une carrière politique en tant que député communiste et a défrayé la chronique pour fraude fiscale, il fait parti à la fin des années 1950 d'une génération d'artistes que l'on pouvait écouter dans le quartier  des pêcheurs de Boccadasse, à Gênes et qui chantaient l'amour et la mer.

Gino Paoli est né en 1934 à Monfalcone, près de l'actuelle frontière slovène et qui fut un temps une partie du Royaume de Yougoslavie. Sa famille quitte rapidement la région pour fuir les persécutions des para-militaires yougoslaves pour s'installer à Gênes. Sa mère, pianiste, lui transmet l'amour de la musique. 

Il enregistre à Milan son premier disque en 1959, et signe son premier grand succès en 1960 : Il cielo in una stanza.

Sébastien Laudenbach, invité de Ciné qui chante évoquait au micro de Laurent Delmas l’Italie et le premier court métrage L’Isle de sa compagne Chiara Malta, à travers la chanson qui conclut cette oeuvre : Sapore di Sale de Gino Paoli. Cette chanson est l'un des nombreux éléments de l'Italie qui sont entrés dans la vie du réalisateur - lui qui, avant de rencontrer l'amour, ne parlait pas un mot d'italien.

Sapore di Sale, 1963 : histoire très romanesque d'un tube sentimental

Sapore di Sale, futur classique de la chanson italienne, est née sur une plage déserte de Sicile. Gino Paoli vient de donner un concert dans la région, et passe quelques jours dans la région sur invitation du Baron Milio. La rumeur court que c'est une actrice de 16 ans, Stefania Sandrelli, qui lui inspire cette chanson. Une version niée par l'auteur. Il faut dire que Gino est marié à Anna Fabri. Pourtant, sa rencontre avec elle, sur une tournée en 1962, ne le laisse pas insensible. Et, en 1964, chacune accouche d'un enfant du chanteur italien. Sans oublier qu'il a rencontré une autre chanteuse en 1961, Ornella Vanoni, avec qui il entretient (aussi) une relation artistique et personnelle... Difficile alors de deviner laquelle était l'objet de ses pensées sur cette plage de Capo d'Orlando

Le 11 juillet, Gino Paoli, en proie à des problèmes d'alcool et quelques crises sentimentales bien compréhensibles, tente de se suicider avec une arme à feu. La balle passe près du cœur et reste logée dans son corps. Il survit.

Sapore di sale sort en 45 tours en juillet 1963. L'orchestration et les arrangements sont signés par un jeune musicien qui démarre sa carrière : Ennio Morricone. Autre participation, celle du saxophoniste est argentin qui a fait ses armes dans l'orchestre d'un certain Lalo Schiffrin, Gato Barbieri. 

La chanson est un triomphe sur lequel les Italiens s'aimeront le temps de plusieurs étés...

Le goût du sel                        
Le goût de la mer                        
Que tu as sur la peau                        
Que tu as sur les lèvres                    
Quand tu sors de l’eau                    
Et que tu viens t’allonger                        
Près de moi

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.