Robert Charlebois et Rebecca Manzoni, les Francos de la Rochelle
Robert Charlebois et Rebecca Manzoni, les Francos de la Rochelle © Radio France / Gaudéric Grauby-Vermeil

Les radios francophones publiques consacrent actuellement à Robert Charleboisune série diffusée sur France Inter et intitulée Par-delà Lindberg, diffusée le samedi à 15h. Il était aussi le héros d'une soirée lors des Francofolies de la Rochelle. Avant son Coup de Folies au Grand Théâtre, ce grand Boeing de la chanson francophone s'est posé dans le studio de France Inter .

Il faut parler au casque ? j'aime pas trop, ça me rappelle le studio, j'aime pas ça

En studio, Robert Charlebois et Rebecca Manzoni
En studio, Robert Charlebois et Rebecca Manzoni © Radio France / Gaudéric Grauby-Vermeil

Tout en rire et en bonne humeur, Charlebois fête cette année ses cinquante ans de carrière. Tout de bleu vêtu (à l'image du Boeing de sa chanson Je reviendrai à Montréal), il s'est confié au micro de Rebecca Manzoni aux rythmes de titres qui ont marqué sa carrière, de son premier album de 1965 à aujourd'hui.

Au menu : la langue québécoise,Lindberg , les drogues, la musique, l'alcool, un gars bien ordinaire, la différence entre les tubes et les standards, Frank Zappa , les années 1980, Luc Plamondon, la célébrité, le trac...

Comment vous dire ? C'est pas des tubes ça, c'est des standards. Et ça c'est une politesse que les gens m'ont fait de garder dans leur coeur des chansons pendant 30, 40, 50 ans. Un tube d'habitude ça dure six mois et puis on jette. Moi j'ai le bonheur d'avoir des standards. Et ça, merci les gens ordinaires.

Si on enlevait la drogue à la radio, on a plus de Beatles, plus de Rolling Stones. Il resterait peut être Franck Michael. Je sais pas qui y resterait mais vous seriez mal pour jouer de la musique ... Mais ça [la drogue] ça a jamais donné de talent à personne.

►►►POUR ALLER + LOIN

> Ecoutez tout l'été le feuilleton des Radios Francophones Publiques consacré à Robert Charlebois

> Retrouvez les Francofolies de la Rochelle 2015

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.