Avec son premier album « Times Are Weird These Days » en 2011, Theophilus London s'était vite fait un nom

Sa voix grave, son aisance à jongler entre le hip hop et l'électro en passant par la soul et le jazz avait marqué les esprits. Rien de plus naturel pour ce rappeur de Brooklyn dont les références assumées égrainent autant les productions de Prince que celles de Kraftwerk...

Cet éclectisme rare a séduit un public varié, du club de jazz au dance floor. Ce second album « Vibes » a été produit à distance par Kanye West (en featuring sur « Can't Stop My Love ») “Kanye a décidé de m’aider à m’améliorer et m’a guidé pendant le processus de création de l'album. Il a accepté d’en être le producteur exécutif après avoir entendu "Neu Law" dans sa voiture, tandis qu’il conduisait dans Paris" confie Theophilus London. À noter également la présence de Léon Ware, pilier de la Motown. Ecouter l’intégrale de ce disque ? C’est possible ICI :

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.