Thomas Dutronc revient sur le devant de la scène avec de nouvelles dates à l'Olympia les 16, 17 et 18 janvier 2013 .

Thomas Dutronc était pour l'occasion l'invité de Radio Vinyle . Découvrez-le au micro de Tania de Montaigne et Alexandre Héraud. A l'écoute de vinyles, ils parlent musique depuis l'antre de la discothèque de Radio France et son incroyable collection de disques.

“Silence on tourne, on tourne en rond”

Après l'énorme succès de son premier album, pour échapper à la pression des chiffres, Thomas Dutronc est retourné dans ce qui constitue un refuge pour lui : la Corse, où il a loué un studio mobile. Avec une guitare, un peu de charcuterie locale et une belle brochette de copains, il a jeté les bases de Silence on tourne… : des intros, des riffs, des bouts de mélodies...

Après les premières moutures en Corse à l’été 2010, Thomas Dutronc et ses musiciens se sont donné rendez-vous au studio Enghien, dans le quartier de Strasbourg-Saint-Denis, à Paris. Il a assorti ses chansons, concentrés sur une écriture binaire, d’une sonorité pop — dans le bus de la tournée Comme un manouche sans guitare, celui qui connaissait il y a quatre ans à peine l’existence de You Can’t Always Get What You Want des Rolling Stones, trop pris par le style manouche, s’est fait une culture pop.

On dit souvent, à propos des chansons françaises, que ce qui accroche l’oreille c’est la mélodie, mais que ce qui fait qu’on les chante dans les mariages, c’est le texte. Thomas Dutronc fait de la chanson française, et c’est très bien ainsi. Depuis que le mariage est redevenu à la mode, ça devenait une urgence...

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.