Dans sa leçon de piano de la semaine, André Manoukian nous fait découvrir la vibration qui est à la base de la vie et qui ne cesse d’émettre depuis le commencement...

Le big bang
Le big bang © Getty

Les Égyptiens pensaient que l’océan primordial à partir duquel tout fut créé nous baigne de manière continue, comme un fluide subtil qui relierait toute l’humanité et tout le monde du vivant. Cet Océan primordial, ils l’appellent le Noun. Les Hindous, eux, l’appellent l’Akasha.

Ainsi, nous sommes tous reliés par un fluide, une vibration, une note commune.

Il faudra attendre l’an 1600 pour qu’un physicien anglais, William Gilbert, identifie ce fluide et le nomme force électromagnétique. Cette force explique la polarité de la Terre, les boussoles qui s’alignent sur le pôle Nord, est aussi essentielle à la constitution des planètes, à leurs mouvements et enfin, baigne l’univers entier, en ayant forcément des actions sur nos corps, bien sûr, elle nous rend sensitifs, sensibles, nous met les poils en érection, transforme nos émotions en sécrétions diverses dans différentes parties de notre anatomie.

Bien plus tard, en 1964, deux astrophysiciens américains, Arno Penzias et Robert Wilson, construisirent dans le New Jersey le plus grand radar du monde pour mesurer le rayonnement radio de la Voie lactée. À la première mise en route de l’engin, un son les accueille… Mais quel son… un son parasite, un buzz, une pollution sonore. L’engin a coûté des millions de dollars, a mobilisé la fine fleur des ingénieurs de télécommunication des laboratoires Bell et voilà qu’il ronfle comme une mobylette mal réglée.

Après l’avoir démonté et remonté plusieurs fois, après l’avoir nettoyé de ses fientes de pigeon, ils sont forcés de se rendre à l’évidence, ça ne marche pas. Au moment où ils vont jeter l’éponge, un certain Peebles, physicien qui travaillait sur la matière noire et qui avait fait l’hypothèse d’un fond diffus cosmologique les met sur la voie : Le son vient bien de l’espace, et nos deux bricoleurs de génie ont capté la fréquence du rayonnement fossile du Big Bang qui baigne tout l’Univers depuis sa création.

La manifestation physique du Noun égyptien, de l’Akasha des Hindous.

Et ce son, André nous le fait écouter

►►►POUR ALLER + LOIN | (Ré)écoutez Les Routes de la Musique

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.