Dans ses Vêpres de 1780, l’écriture chorale de Mozart se tourne parfois vers le passé, tandis que le Magnificat du fils de Bach regarde résolument vers l’avenir.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.