Qu’est-ce qu’on trouve dans Mala Vida de la Mano Negra ? Rebecca Manzoni et Hugo Combe sont allés exhumer les pistes de ce tube du rock alternatif qui mélange flamenco, punk, rock et salsa. Mala Vida, c'est la bande-son d'une jeunesse qui a les nerfs à vif et le sens de la fiesta.

Mala Vida de la Mano Negra, le rock alternatif de 1988
Mala Vida de la Mano Negra, le rock alternatif de 1988 © Radio France

En 1988, Mitterrand est ré-élu président et pour la première fois de l'Histoire, un record du Front National au premier tour de la présidentielle, Jean–Marie Le Pen fait 14%. C’est à ce moment-là que la Mano réplique avec Mala Vida. Un morceau comme un bras d'honneur au slogan « la France aux Français », avec des paroles en espagnol et une bande son comme terre d’accueil. Une sono mondiale qui mélange :  

  • La ferveur du flamenco.
  • L’électricité du rock’n’roll
  • L'urgence du punk.

La Mano, c’est une bande de guérilleros du 9-2 autour de Manu Chao qui vient nous décrasser les oreilles de la variété guimauve de l’époque. Ils viennent du rock alternatif et commencent par faire du bruit dans les bistrots et dans le métro, avant de débouler sur les télés et les radios avec Mala Vida.  Avec ce titre, la contre-culture du rock des années 80 devient mainstream. C’est l'histoire française de fils d’émigrés espagnols qui vont décomplexer toute une scène rock. 

Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.