Le chanteur revient sur le devant de la scène pour décliner en public son dernier album 'Les Amants Parallèles'.

Cinq ans après Quinze Chansons, Vincent Delerm publie cet automne le cinquième chapitre d’une discographie entamée en 2002. Intitulé Les Amants Parallèles, le disque est le fruit d’une expérience sonore inédite pour le musicien : il a été enregistré au printemps dernier dans un studio parisien sur deux pianos uniquement dont un piano « préparé », sans autres claviers, batteries ni basses. Chouette histoire pour un album qui en raconte justement une : Les Amants Parallèles relate la rencontre entre un garçon et une fille, suivie des différentes étapes de leur vie amoureuse. Ce sujet- la réunion de deux personnes et les débuts de leur histoire- a toujours été cher à Delerm : il irriguait ses chansons Je Pense à toi et L’Heure du Thé ou encore Le Fait d’Habiter Bagnolet, sa pièce de théâtre jouée au Théâtre du Rond-Point au coeur des années 2000. Aujourd’hui, il devient le thème central de l’album: à partir de cette rencontre, Delerm se plonge, via différents épisodes, dans l’analyse d’un couple - un duo dont les membres s’observent et se découvrent au fur et à mesure de la relation, dévoilant peu à peu ce qui les a différenciés jusque-là ou ce qui continue de les singulariser. Même réunis, ces fameux Amants Parallèles resteront ainsi deux personnes bien distinctes, avec leur histoire et leur personnalité propres. «Pas les mêmes, pas mélangés, pas loin et à côté quand même» , résume Delerm.L’idée d’un recueil articulé autour d’un thème imposé a été inspirée au musicien par sa plus récente expérience théâtrale . De décembre 2011 au printemps dernier, Vincent Delerm a promené dans les salles françaises Memory, un spectacle musical mis en scène avec la complicité artistique de Macha Makeïeff. La pièce, dont chaque tableau, chanté ou visuel, interrogeait notre rapport au temps qui passe, s’ouvrait sur un beau texte écrit par le Français et lu par Woody Allen en personne. «Avec Memory, j’ai eu le plaisir de travailler autour d’un thème précis. Ça m’a beaucoup plu de faire le tour d’une problématique. Je me suis dit que le disque qui suivrait aurait cette logique.»

Ironie de l’histoire, ce nouveau disque, Vincent Delerm l’a d’abord envisagé… sans piano . «Deux fois dans ma vie, je me suis dit qu’il fallait que j’arrête cet instrument. Et puis à chaque fois, j’ai rencontré des garçons qui m’y ont fait revenir .» La première fois, le garçon se nomme Peter Von Poehl et n’est pas arachnophobe: en 2006, il invite Delerm dans son studio suédois pour y réaliser son troisième album Les Piqûres d’Araignées. Sept ans plus tard, la deuxième rencontre se fait via l’ingénieur du son Maxime Le Guil : celui-ci lui évoque l’idée d’un album composé uniquement à partir de pianos préparés, idée qu’il partage avec le musicien et arrangeur Clément Ducol, à qui l’on doit la réalisation de l’album Ilo Veyou de Camille. Delerm, qui a déjà enregistré quelques nouvelles maquettes, en confie une au duo et les co-réalisateurs agencent une première démo en créant tous les sons- cordes, basses, percussions- sur un piano préparé. Ce sera Le Film II, qui, dans cette première version instrumentale, clôt aujourd’hui Les Amants Parallèles. «J’ai foncé sur la foi de ce morceau. J’aimais que ça sonne piano et que ça sonne étrange à la fois. Ensuite, je n’ai jamais été autant extérieur à un projet : j’enregistrais et je les laissais produire, souvent la nuit. Parfois pour faire une ligne de basse, ils enregistraient note par note dans les cordes du piano, cela pouvait prendre trois heures. »► ► ► REVOIR | la vidéo - une journée préparée par Vincent Delerm

Mots-clés :
Articles liés
Culture
La pop list de Paul Smith
20 septembre 2017
Musique
EXPO - le Punk a 40 ans
20 septembre 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.